Humeurs de parents, VIE DE PARENTS

Je ne veux pas te lâcher mon bébé

Depuis que tu es né, tu es toute ma vie. Avec ton papa, vous êtes ce que j’ai de plus chères au monde.

Depuis que tu es né, je n’ai qu’une envie c’est de te serrer fort contre moi, de t’enlacer, de te faire des bisous sur la joue et de sentir ton odeur douce.

Depuis que tu es né, j’ai beaucoup de difficultés à te poser quelque part, loin de moi ou dans les bras de quelqu’un d’autre. Il n’y a que dans les bras de papa, que je me sens rassurée.

Depuis que tu es né, j’ai peur. J’ai peur de tout un tas de choses. J’ai peur que tu m’oublies, j’ai peur que tu ne m’aimes pas autant que je t’aime, j’ai peur que tu ne saches pas à quel point je t’aime. Je t’aime d’un amour éternel et infini.

Tu es un prolongement de moi. Une partie de moi. Tu es plus important que moi. Je t’ai porté pendant 9 mois et je t’ai donné tout ce que je pouvais.

Je continuerai à te donner le meilleur de moi-même. J’espère que tu sais à chaque fois que je te serre contre mon cœur, que je te console, que je te porte que je serai toujours là pour toi. Je serai là quand tout ira bien, je serai là que tu seras triste, énervé, malheureux, jaloux, inquiet, apeuré, vexé, muet, bruyant, excité, curieux… à chaque fois, je serai là pour t’accompagner, te soutenir, t’encourager, pour t’aimer.

Alors laissez-moi le porter, lui faire des câlins, lui dire des mots doux, lui sourire, lui parler, le consoler autant que je veux. J’en ai besoin. J’en ai envie.

Et ce petit bébé que j’ai mis au monde est encore tout petit. Il découvre tout, ses premières sensations de faim, de froid, ses premières peurs, ces visages inconnus, ces voix inconnues, ces personnes qui le prennent dans les bras, ces odeurs inconnues. Laissez-moi le réconforter quand il a besoin. Laissez-moi l’aimer comme j’en ai envie. Je veux qu’il sache que mon amour est inconditionnel. Je ne veux pas qu’il apprenne tout de suite alors qu’il vient de naitre que le monde est rude. Je ne veux pas qu’il apprenne que mon amour se limite à la journée et qu’il doit faire ses nuits quitte à pleurer pendant des heures. Je ne veux pas qu’il apprenne à se plier à nos désirs d’adulte. Il a le temps. Il construira son petit rythme à son rythme justement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s