Allaitement, QUOTIDIEN

L’allaitement: quelles difficultés peut-on rencontrer?

Bon, d’abord, partez positive si vous choisissez d’allaiter! Il n’y a pas de raison que vous rencontriez des difficultés. Mais ça ne coûte rien de se renseigner un peu.

J’ai allaité Léo 4 mois et, si j’ai trouvé cette période de notre vie à tous les 3, extraordinaire, ça n’a pas été facile. Je vous fais le point sur mon allaitement et je vous fais une petite liste des difficultés les plus récurrentes en allaitement.

Dans tous les cas, si vous choisissez d’allaiter, je vous conseille de vous renseigner en amont sur toutes ces galères qui peuvent arriver en amont. Essayez de vous entourer de professionnels qui s’y connaissent vraiment en allaitement, et ils ne sont pas nombreux et qui sont pro-allaitement. On trouve aussi beaucoup d’informations sur le net mais il faut faire le tri. Je vous conseille vraiment de vous renseigner en cas de besoin sur le site de la leche-league. Votre allaitement se passera peut-être très bien mais on ne sait jamais.

Le plus grand obstacle à l’allaitement est justement le manque d’information! Si votre souhait est de vraiment allaiter, il va falloir trouver les bonnes infos. Car au moindre soucis, on peut vous conseiller d’arrêter ou de donner du lait en poudre en complément. Le lait en poudre en complément peut se donner sans problème mais il peut aussi devenir un obstacle: confusion sein/tétine, baisse de lactation. Et surtout, donner un complément que ce soit en lait maternel ou en lait en poudre ne fait que contourner le problème. Il faut trouver l’origine du problème dans l’idéal. Si cela ne vous dérange pas de donner un complément et de mettre en péril l’allaitement, alors peu importe. C’est votre choix. Personnellement, j’ai donné un complément car je n’en pouvais plus et que je ne trouvais la raison de mon soucis. Certaines personnes fonctionnent en allaitement mixte pendant longtemps, sans problème aussi. Mais il y a un risque quand même, à terme, que ça mette fin à votre allaitement.

1ers jours

Les premiers jours en allaitement sont très importants. Plus tôt bébé tête, plus de lait vous aurez. Léo n’a pas été pendant 2 jours entiers. Ce qu’il s’est passé? Il a avalé beaucoup de liquide amniotique pendant l’accouchement. Il avait donc beaucoup de glaires et donc pas envie de manger. L’une des sage-femme m’a fait faire une pression manuelle pour sortir du colostrum et le donner à bébé. Elle m’a dit de la faire reguliérement. Les autres sages femme m’ont dit que ce n’était pas grave s’il ne tétait pas tout de suite. Si il y a bien une chose à savoir, c’est qu’on vous dira tout et son contraire. J’aurais dû stimuler ma lactation au moins manuellement. Ça aurait sans doute aider pour la suite.

Je suis partie le 4e jour à la maison. J’ai eu ma montée de lait cette nuit là. Bébé n’a pas cessé de téter. Et ensuite, ça a été la galère.

1er mois

Léo pouvait téter pendant des heures avant d’être satisfait, la nuit notamment. Plus les semaines avançaient, plus ça arrivait même en journée. Ça a été un mois très difficile. Très peu de sommeil évidemment.

2e mois

Suite à la consultation du médecin, je commence à lui donner du lait en complément. En parallèle, je discute avec ma sage femme qui me dit qu’il y a peut être un problème de succion. Elle me conseille de l’enlever dès qu’il semble s’endormir. Je commence à appliquer ses conseils et les tétées commencent à devenir moins longues et moins fréquentes. A savoir: le lait maternel devient mature au bout de 6 semaines d’allaitement.

Grâce aux conseils de la sage femme, il n’y a plus que des tétées de 20 à 35 minutes, y compris la nuit. Ayant donné, des biberons, ma lactation n’a par contre pas augmenté en fonction de ses besoins. Je me sens trop fatiguée pour rebooster ma lactation alors je continue comme ça.

3e mois

Début du 3e mois identique au 2e mois. Bébé téte toutes les 3h ou 3h30. Il ne se réveille qu’une fois la nuit. A la moitié du mois, je reprends le travail. Ça devient trop compliqué de donner lait maternel et lait en poudre même si je n’ai pas besoin de donner du lait en poudre très souvent dans la journée et jamais la nuit. Je tire mon lait le midi, une seule fois donc. Le lundi et le vendredi, je peux partir de l’école à 17h et arriver à la maison avec Léo vers 17h30. Le mardi et le jeudi, je fais des APCs avec mes élèves et je finis à 17h30. Je ne peux donc pas tirer mon lait avant 18h à la maison. Et, impossible d’allaiter entre temps. Je n’ai pas de pause, ou parfois une dizaine de minutes (le temps de descendre les élèves en récréation, de m’installer puis de tout ranger) ce qui n’est pas suffisant pour tirer. Je n’arrive qu’à tirer la matin à 6h30 si Léo n’a pas faim et le midi à 11h45. Et le midi, c’est la course. Il faut tirer au moins 30 minutes. On a parfois des réunions à 12h30 donc il faut manger avant. Bref, je suis fatiguée et je pense que peut-être, d’alterner les réveils avec Alex la nuit, m’aidera à me sentir plus en forme. Je décide de commencer un sevrage en douceur. 4e mois

Je termine le sevrage de Léo. Le sevrage s’est bien passé. Il est au biberon uniquement désormais. Entre le 3e et le 4e mois, qu’est ce qui a changé? Non, il ne s’est pas mis à boire moins souvent. Il a même rajouter un repas le soir… Ca fait plus d’un mois que ça dure et même si on s’alterne avec le papa, je ne me sens pas du tout moins fatiguée. Les nuits sont plus fatigantes, je dirais même, car je dois me lever, préparer le biberon, le chauffer… La journée, par contre, c’est agréable de passer le relais. Ca permet de se reposer plus.

Mon objectif était d’allaiter Léo exclusivement pendant 6 mois. C’était raté dès le départ. Je pense qu’on est malheureusement pas assez bien accompagnée à la sortir de l’hôpital et même à l’hôpital où, dans mon c1s en tout cas, les sages femme se contredisent, ne donnent pas du tout les mêmes conseils. On est vite un peu perdue! Du corps médical, j’ai trouvé que j’ai eu un soutient oui, mais pas assez de conseils pour trouver des solutions pour favoriser l’allaitement en tout cas.

Quelles autres difficultés pourriez-vous rencontrer?

  • Une allergie alimentaire. Si bébé fait une allergie, il pourra pleurer pendant les tétées. La plupart du temps les bébés peuvent faire une allergie aux produits laitiers.
  • Un problème de frein de langue ou de joue.
  • Une douleur au sein due à une mauvaise position de bébé ou parce qu’il n’ouvre pas assez la bouche.
  • Une douleur due à autre chose: vasopasme, engorgement, mastite…
  • Un RGO
  • Un REF (réflexe d’éjection fort)

Quelque soit votre problème, il existe une solution. C’est la bonne nouvelle. Dans tous les cas, il vaut mieux consulter un professionnel de santé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s