Enceinte, GROSSESSE

Qu’est-ce que le périné?

Bon, sang mais qui a déjà entendu parler de son périné avant de tomber enceinte? Qui? Bon, si vous êtes gyneco ou sage-femme, ça ne compte pas. Suis-je la seule qui a découvert l’existence de ce muscle, oui c’est un muscle, une fois enceinte?

Une fois enceinte on nous parle du périné… enfin, on nous en parle lors des cours de préparation à l’accouchement parce que jusque là, de toute façon personne ne s’était posé de question dessus, alors ça ne sert à rien de se presser!

Et pourtant… Je vous explique ce qu’est le périné, à quoi il sert. Et pourquoi il faut le préserver de son mieux.

C’est quoi?

Comme je disais, c’est un muscle, enfin, un ensemble de muscles situé sous les viscères. Bon, vous allez me dire. Ok. Personne n’a jamais fait de cours sur les biceps alors pourquoi parler du périné?

A quoi, ça sert?

Le périné est donc un ensemble de muscles qui permet de pousser ou retenir les petites comme les grosses commissions. Ce sont les fonctions de miction, de défecation et de continence.

Il joue un rôle dans la fonction sexuelle et la fonction reproductive.

Et enfin, il sert aussi à retenir les organes. Il les empêche de descendre, de sortir.

En gros, c’est le périné qui gère ce qui sort et ce qui rentre. Il le gèrera toute votre vie si tout va bien. Après l’accouchement, vous aurez peut-être des difficultés à retenir. Vous aurez peut-être des fuites. Puis, au fil des mois, et de la rééducation tout se remettra en place. Mais, si tout vous semble fonctionner à nouveau, ça ne veut pas dire que vous êtes à l’abri des autres suites. Une descente d’organe peut arriver à 50 ans et être le résultat de l’ensemble des épreuves qu’aura connu vos muscles, même si tout semblait aller bien. Bref, prenez soin de votre périné toute votre vie.

Le périné est donc essentiel pour une femme. Un périné en petite forme, fatigué, relâché, éprouvé par une grossesse ou un accouchement ne pourra exécuter ses tâches efficacement. S’ensuivent différents symptômes possibles pour la femme: incontinence, descente d’organes tôt ou tard, rapports sexuels douloureux.

Vous l’aurez compris, vous devez préserver votre périné surtout quand vous avez vécu une ou plusieurs grossesses.

Durant la grossesse et lors d’un accouchement, le périné est sursollicité. C’est pour cela que des séances de rééducation du périné sont remboursées par la sécurité sociale en France pour les femmes après un accouchement. En réalité, la grossesse et l’accouchement ne sont pas les seules situations qui l’éprouvent. Des jeux de stop pipi, une mauvaise position pour pousser à la selle notamment…

Le périné est important, vous l’aurez compris. Mais il me sert aussi de prétexte pour vous dire de prendre soin de votre corps car la grossesse et l’accouchement l’éprouve.

Enceinte, VIE DE PARENTS

C’est pour quand le bébé?

Bah oui, alors c’est pour quand? Vous essayez? On attend nous. On est prêts. Vous prévoyez d’en faire quand? Je n’attends plus que d’être grand-père ou grand-mère… Tu as plus de trente ans quand même… Quand je serai mamie/papy/tata/tonton je ferai ci… Et alors, y’a pas un petit deuxième en route?

Il y a des questions qui arrivent, un dimanche midi, sans que vous vous y attendiez. Des questions dites avec le regard pétillant et le sourire. Des réponses parfois qui partagent ces expressions. D’autres fois, les réponses sont plu ternes qu’on ne le pense. Des questions qui semblent innocentes mais qui ne le sont pas.

Au repas de famille. Un couple et leurs parents dinent tranquillement. Tout à coup, la question fatale est posée sur la table, sans préavis avec le sourire.

La réponse tombe immédiatement comme une phrase répétée, une poésie, sans charme, dite machinalement, une réponse automatique qu’on lance en appuyant sur le bouton, un enregistrement audio qui parle à notre place.

La phrase est polie. Le sourire est manquant.

L’émotion réelle s’efface pour ne laisser place qu’au masque.

Le son est là mais là personne est absente.

Si vous avez déjà dit une de ces phrases, lisez-ceci et la prochaine-fois, soyez prudents, tournez votre langue 7 fois dans votre bouche avant de parler si vous le souhaitez, allez faire un tour ailleurs, ravalez vos paroles, réfléchissez.

Oui, quand on pose ce genre de questions, on est dans un sentiment de curiosité saine. Ou on lance parfois ces questions juste pour faire la conversation.

Mais il y a des questions qui sont délicates et celles-ci en font partie. Je vous donne les raisons pour lesquelles il ne vaut mieux pas trop poser ce genre d’interrogations. Je suis certaine que vous vous en doutez d’ailleurs mais une piqûre de rappel ne fait jamais de mal à personne.

Numéro un

Peut-être…. Et je dis bien peut-être qu’ils ne veulent pas d’enfants. Bah oui! C’est une possibilité bien que ça sonne comme une déchirure pour certains membres de la tribu familiale, généralement les grands-parents, il arrive qu’un couple ne veuille toit simplement pas devenir parents. Et c’est peut-être juste une impression, mais j’ai le sentiment que c’est quelque chose de plus en plus courant.

Numéro 2

Plus vous posez ces questions, moins ils auront envie d’en faire. Alors, ça, c’est mon vécu. Laissez-nous vivre notre vie comme on le souhaite! Aujourd’hui, on fait des enfants de plus en plus tard. Si on veut les faire tôt, tant mieux aussi! Sinon, on a le droit de profiter de notre jeunesse ? De toute façon, ce n’est pas en répétant la question, que ça va changer quoi que ce soit. C’est une décision de couple qui ne tient nullement en compte les envies des personnes extérieures au couple.

Numéro 3

Et s’ils étaient déjà en train d’essayer? Si ça ne fait pas longtemps, ils n’ont pas forcément envie de partager l’information donc c’est inutile de demander. Si ça fait longtemps qu’ils essaient… Là, c’est vraiment mal venu. Le mot est faible. Ils ne montreront peut-être rien devant vous, mais ils en souffriront de sans arrêt devoir inventer des réponses. Dire qu’on y arrive pas, ce n’est pas quelque chose de simple à dire au détour d’une conversation, un dimanche midi.

Numéro 4

Ils en ont peut-être déjà eu. Mais quelque chose s’est mal passé. Une fausse-couche ou plusieurs. Pire peut-être. On ne sait jamais ce qu’il se passe dans la vie d’un couple. Dans tous les cas, c’est horrible de devoir répondre à ce genre de questions.

Je finis sur cette note. Triste note. Mais il faut s’imaginer tous les possibles derrière ces questions qui ne sont pas si innocentes que ça. Pensez-y a deux fois avant de poser l’une de ces questions, la prochaine fois.

La sagesse est le maître-mot.

Enceinte, GROSSESSE

Mon fils, ma bataille

A tous ceux et celles qui se sont battus pour avoir un bébé. Qui sont passés par des hauts et des bas. Qui ont un jour cru. Qui ont vu leurs espoirs pietinés au sol. Qui ont dépensé de leur sueur, de leur temps, de leur argent. Qui ont affronté l’ascenseur émotionnel d’attendre, d’y croire et puis non. Qui ont peut-être failli abandonner. Qui ont peut-être même abandonné. Qui ont essayé pendant un temps interminable.

Ceux qui ont bataillé pour avoir un bébé. Ceux qui sont restés dans l’incertitude de pouvoir réaliser leur rêve, de pouvoir concrétiser leur amour, le transformer, le faire évoluer. Ceux qui n’y croyaient plus.

A tous. Non, vous ne devriez pas batailler. C’est parfois injuste.

Si vous aviez su le parcours à l’avance, les douleurs, les doutes, tout pour un enfant, auriez-vous toit changé? Auriez-vous tout arrêté avant d’essayer? Non. Car vous en connaissez le résultat. Car c’est votre parcours. C’est ce même parcours qui vous a amené à cette rencontre avec votre bébé. Ce sont les peines et les doutes qui vous ont amené à cette naissance.

Ne regrettez rien. Vous auriez évidemment préfèré ne pas endurer le doute, l’attente, les visites médicales… Mais il ne faut rien regretter. C’est la suite de tout ces événements qui vous a amené là où vous êtes aujourd’hui. C’est l’attente qui a fait naître l’être tant désiré qu’aujourd’hui vous tenez dans les bras.

C’est facile de vous dire de ne pas regretter. C’est facile de penser que ça valait la peine maintenant qu’il est là. Et pourtant, rien n’a été facile pour en arriver là.

Chérissez votre petit trésor encore plus. Pensez à la chance que vous avez de l’avoir quand vous êtes fatigués, quand il pleure. Pensez à ceux qui se battent encore. Ceux qui ont abandonné. Ceux qui auraient aimé mais qui n’ont pas réussi à avoir un enfant. Ne pensez pas à ceux qui n’ont pas galéré. Ou si, pensez-y. Soyez heureux pour eux. Et soyez heureux pour vous surtout.

Enceinte, GROSSESSE

Enceinte et épanouissement

Quand on lit ces deux mots ensemble, on sent déjà qu’il y a un loup. Le loup, c’est que la grossesse est une publicité. Non, la grossesse n’est pas toujours synonyme d’épanouissement. Je vous dis ça alors que j’ai adoré être enceinte. Pourtant, il y a bien eu des moments où il était loin, l’épanouissement tant vanté.

Qui n’a jamais entendu dire que les femmes enceintes sont belles, ont l’air heureuses, épanouie, ont une crinière de rêve, des seins pulpeux? Bref, quand on est enceinte, il faudrait être épanouie, toujours de bonne humeur, heureuse, joyeuse, un peu quiche donc… Mais non, bien sûr que non! Est ce qu’un femme enceinte doit forcément être une publicité? Une publicité pour quoi en plus? Pour la grossesse? Pour le bonheur d’enfanter? Alors oui, ça peut être une forme d’épanouissement d’être enceinte. Pour moi, ça l’est en tout cas. Mais, on ne va pas se mentir, la grossesse n’est pas que fleurs et nuages enchantés.

Il y a même des femmes qui n’aiment pas être enceinte.

J’ai beaucoup aimé ma grossesse à partir du 2e trimestre. Mon gros ventre rempli me manquait un peu après avoir accouchée. C’était magique, pour moi, de porter la vie, de le sentir bouger, vivre là-dedans, d’être avec lui tout le temps, de le nourrir, de tout partager, d’être un.

Mais tout n’était pas magique quand même. On nous répéte souvent qu’on a bonne mine quand on est enceinte. Si choper de l’acné à cause des hormones est avoir bonne mine pour certains, c’est rarement le concept de la femme enceinte. Si passer son temps à avoir la nausée, à vomir parfois, est synonyme de bien-être ou d’épanouissement, on a toujours une vision différente. Si avoir des gros seins douloureux avec des vergetures aide à se sentir épanouie, on le saurait depuis le temps. Bon, je dis ça, mais mes seins n’ont pas bien bougés pendant ma grossesse.

A cela, je peux ajouter la fatigue quasiment omniprésente pour ma part, le premier trimestre et amie fidèle le reste de ma grossesse. Le mal de dos. Le poids. Les difficultés de mouvement. L’envie d’uriner beaucoup, mais alors beaucoup trop souvent. C’est déjà pénible la journée alors la nuit… L’inquiétude qui te réveille au milieu de la nuit… L’incapacité à trouver une position confortable pour dormir.

Bref, que celles qui se sont senties épanouies tout au long de leur grossesse, de A à Z, parlent ou se taisent à jamais. Et que l’on arrête avec les clichés. Oui, la grossesse peut être une forme d’épanouissement pour certaines femmes. Je peux en temoigner. J’ai adoré! Mais il y a quand même des symptômes qui sont loin d’être épanouissants. Et c’est même possible de ne pas aimer être enceinte.

Voilà, c’est dit. Ne vous attendez pas à être épanouie. Peut-être que vous le serez la plupart du temps, de temps en temps ou pas du tout.

Ça dure 9 mois. Et ensuite, vous allez faire une rencontre extraordinaire. Q

Enceinte, GROSSESSE

Ce que veulent vraiment les femmes enceintes

Hum… difficile de vraiment faire une liste des envies de femme enceinte tellement elles peuvent varier d’une personne à l’autre. Et arrêtons avec les envies de fraise. C’est un mythe. Bon, allez, j’essaie quand même! Je vous promets, il n’y a que des envies raisonnables ou presque…

Des envies de réponses :

Quand on est enceinte pour la première fois, on se pose des questions sans arrêt sur tout. Ne serait-ce sur le casse-tête du repas. Est ce que j’ai le droit de manger ça ? Alors si Google peut être notre ami. Il ne remplace pas un avis médical ou même les bons conseils d’une copine ou d’une maman, qui est déjà passée par là.

Oui, car encore mieux que Google, c’est sa sage-femme, son ou sa gynéco, enfin le professionnel à qui on peut poser toutes nos questions sans qu’on nous regarde comme une ignorante, sans qu’on nous juge. Le ou la professionnel(lle) qui nous donnera des réponses. C’est aussi la copine qui a déjà accouché et qui pourra nous raconter son expérience. Ça, c’est vraiment top d’avoir quelqu’un qui est déjà passée par là et qui nous en parle.

Des envies alimentaires:

Si on a pas forcément envie de fraises à 3 heures du matin, ça peut arriver qu’on ait plus envie de manger une certaine catégorie d’aliments. Mais par contre, avoir une envie irrépressible au milieu du jour ou de la nuit, je n’ai pas connu ça et je ne connais personne dans mon entourage qui a déjà vécu ce genre d’envies. Lors de mon premier trimestre, j’avais souvent envie de kiri, de yaourts et des produits laitiers de manière générale. Rien d’extraordinaire donc. J’avais bien besoin de manger en fin d’après-midi. Je sentais même, étrangement, que manger apaisait mes envies de vomir.

Et si comme moi, vous avez fait du diabète gestationnel, cette envie-là est difficile à ignorer. Envie de sucre. Envie de ne pas faire attention à ce que l’on mange. De ne pas compter les quantités et de ne pas regarder si c’est trop sucré. Envie de manger une tablette de chocolat en entier.

Des envies de repos:

Encore! Oui et ce n’est pas fini. Sieste, moments de tranquillité, moments d’intimité. Au premier trimestre, je me suis sentie très fatiguée. J’avais un gros coup de barre tous les soirs vers 18h, personnellement. J’aurais pu commencer ma nuit à cette heure sans aucun problème. Les deuxième et troisième trimestres étaient bien moins fatigants. Il est vrai aussi que j’ai beaucoup apprécié les moments à deux, pour parler à mon bébé tranquillement et sans passer pour une folle.

Des envies d’attention:

La grossesse est un moment unique dans une vie. On apprécie beaucoup les petites attentions de chacun. Ça peut être une conversation, un peu d’aide dans le quotidien, quelqu’un qui nous laisse passer devant la file d’attente… C’est aussi l’attention du personnel médical qui est au petit soin et qui, au moindre tracas, vous prescrit ce qu’il faut pour aller mieux, ou vous rassure.

Des envies d’immortaliser :

Immortaliser tous ces moments uniques pour ne pas oublier complétement, les sensations, les formes. Je sais que j’avais envie d’être prise en photo de temps en temps pour me souvenir de ma grossesse et de mon corps. J’ai envisagé de faire une séance photo avec une professionnelle mais avec la covid et le confinement, j’ai préféré reporter à après la naissance. Mais se prendre en photo tous les mois pour voir l’évolution de son ventre me parait être une bonne idée.

Des envies de contrôler le temps:

J’aurais voulu pouvoir arrêter le temps et profiter un peu plus de ma grossesse tellement j’ai trouvé ça magique! Mais certaines femmes prèfèreraient l’accélerer car elles ont des symptômes pénibles et qu’elles ont hâte de rencontrer leur bébé. Et ça, c’est vrai qu’on a hâte aussi. En fait, on est parfois une boule de contradiction quand on est enceinte. Oui. Une boule. Désolée mais je n’allais pas dire un cube.

Des envies de voir les proches:

Bon, je ne sais pas si elle est liée à la grossesse mais plutôt au contexte du mois de mars. J’aurais voulu plus profiter de mes proches que ce soit dans la famille ou dans les amis. Mais j’étais confinée chez moi comme tout le monde. La grossesse est un moment unique ou presque, que l’on a envie de partager avec d’autres personnes.

Je m’arrête là. Je n’ai pas d’autres envies particulières qui me viennent en tête. Mais chaque femme enceinte ou pas d’ailleurs, est différente.

Enceinte, GROSSESSE

Les interdits pendant la grossesse

Avec la grossesse, débutent les premières responsabilités de maman. Adieux veaux, vaches et cochons… Non, là je m’égare. Il y a effectivement quelques concessions à faire quand on est enceinte. Surtout une, en réalité. Je vous raconte mes concessions. Et je vous fais une liste récapitulative de ce qu’il faut retenir.

On le sait tous. Ce qui est réellement interdit pendant la grossesse, c’est l’alcool. Il y a suffisamment de campagnes publicitaires là-dessus. Quand on est enceinte, c’est zéro alcool. C’est d’ailleurs ce qui a mis sur la piste de ma grossesse, mes copines qui ont trouvé étrange que tout à coup, je ne boive plus de petits cocktails. Bon, me concernant, à part le petit cocktail des copines du samedi soir, l’alcool ne m’a vraiment pas manqué.

L’alcool est le plus gros interdit alimentaire. Je ne parle pas des interdits liés aux médicaments. Il suffit de demander à son médecin pour savoir si un médicament est autorisé. Je vais rester sur l’alimentaire. Si l’alcool est l’interdit le plus important, il y a d’autres aliments interdits.

Les autres aliments qui sont dangereux pendant la grossesse sont ceux qui peuvent être porteurs d’une bacterie: la listériose.

Listeriose: infection due à une bactérie.

Pour éviter tout risque d’être contaminée, il faut éviter tout ce qui n’est pas cuit. Et quand je dis cuit. Je dis bien cuit. Par exemple, pour les viandes. Steak bien bien cuit, archi cuit, cuit et recuit. Idem pours les poissons et les crustacés. Et les oeufs! Les fromages au lait non pasteurisé sont autorisés si la pâte est cuite. Sinon, non.

D’autres aliments sont à surveiller si vous n’avez jamais attrapé la toxoplasmose ou aussi car ils peuvent contenir des résidus . La majorité des femmes ne l’ont pas eu et doivent donc être prudentes. Évidemment, je n’échappe pas à la règle.

Toxoplasmose: infection parasitaire qui peut s’attraper en contact avec un chat ou en consommant des aliments contaminés.

Les aliments qui peuvent être contaminés et auxquels, il faut faire attention sont les aliments provenant de la terre: fruits et légumes. Ils ne sont pas à bannir de l’alimentation. Au contraire! Vous et bébé en avez besoin. Mais il faut les laver soigneusement, méticuleusement. Vous pouvez les manger crus ou cuits.

Des aliments déconseillés

Il est déconseillé de manger du foie en raison de sa trop forte teneur en vitamine A ainsi que les produits qui contiennent du soja qui contiennent des oestrogènes.

L’aspartame est quant à lui encore controversé. Les études ne sont pas toutes d’accord sur les risques. Par prudence, il est déconseillé d’en consommer.

Tous les produits à base de théine ou caféine ne sont pas interdits mais à limiter.

Préférer les petits poissons au gros poissons. S’il est conseillé de manger du poisson une à deux fois par semaine, plus le poisson est gros, plus il est généralement pollué et riche en mercure.

A retenir

  • Zéro alcool;
  • Zéro produits crus: tout cuire un max! Viande, poissons, crustacés…;
  • Lavez les fruits et légumes plus que de raison, surtout si mangés crus;
  • Éviter le foie et les produits à base de soja;
  • Limitez le café et le thé;
  • Privilegiez des petits poissons.

En gros, quels aliments ne dois-je pas manger ou boire?

  • Alcool;
  • Fromages à pâte molle ou au lait cru (non pasteurisé): camembert, fromage acheté en sachet, fromage acheté à la coupe déconseillé…;
  • Viande ou poisson crus, charcuterie, oeufs pass suffisamment cuits. Éviter les oeufs au plat et l’omelette. L’oeuf doit être bien cuit;
  • Des fruits et légumes mal lavés;
  • Le foie;
  • Les produits à base de soja.
Enceinte, GROSSESSE

Cacher sa grossesse à Noël, la galère!

Faisons un petit saut dans le passé! Il y a un an, j’étais enceinte et à part le papa, personne ne le savait et surtout personne ne devait le savoir! Pour diverses raisons, que vous devinez peut-être et dont j’ai déjà parlé, nous avions décidé de ne pas dire tout de suite que j’étais enceinte. Alors, à Noël, selon mes calculs, j’étais enceinte de 2 mois. Il fallait encore tenir 1 mois sans que personne ne le sache.

Le problème c’est qu’à Noël, cacher une grossesse, ça n’est pas simple car Noël c’est le foie gras, la saumon cru, les moules, le pâté… Toutes ces choses qui nous font saliver mais qu’on ne peut pas manger quand on est enceinte. Toutes ces choses, que je mange habituellement… Le truc, en plus, c’est qu’on fait rarement Noël avec des inconnus. Tout le monde autour sait que vous aimez le foie gras et les crevettes! Et la mayonnaise maison qui trône au centre de la table et qui vous fait de l’oeil. On vous la propose et on vous demande si vous en voulez. Et là, c’est la tuile. Il faut trouver une réponse efficace et rapidement… Si vous n’y avez pas réfléchi avant.

Le minimum pour dissimuler sa grossesse, c’est de se préparer à tous ces petits pièges que l’on va vous tendre. Pour nous, les problèmes ont commencé bien avant Noël… Début novembre, je dirais… Quand on est parti en weekend en Alsace pour voir les marchés de Noël avec des amis. Quand on arrive au resto, et qu’il n’y qu’une seule entrée que vous pouvez manger: soupe de poisson. Evitez de faire la grimace quand on vous demande ce que vous allez prendre. Mes copines avaient deviné depuis longtemps mais bon… tant pis!

Les jours/semaines/mois/années avant:

Dites que vous détestez les enfants, que vous ne voulez pas en avoir ou que vous ne pouvez pas en avoir. Mentez sans vergogne si ce n’est pas votre état d’esprit. Ca vous aidera énormément à dissimuler votre grossesse. Personne ne s’y attendra. Alex et moi n’avons jamais dit que nous ne voulions pas d’enfant mais nous ne faisions que de répéter que l’on était pas prêts et que l’on voulait prendre notre temps. C’était vrai, au départ. Puis, on a continué à le dire même quand on le pensait plus. Du coup, dans notre famille, personne ne s’y attendait. Et personne n’a deviné. Alors que j’étais sûre d’être grillée.

Ne buvez pas d’alcool à chaque fois que vous sortez. Ca passera crème si vous ne buvez pas d’alcool lors des fêtes car tout le monde se dira que vous ne courez pas après, que vous ne buvez pas toujours de l’alcool de toute façon. C’est d’ailleurs ce qui m’a porté préjudice avec mes copines car, avec elles, je prenais toujours un petit verre alors elles ont tout de suite compris quand j’ai arrêté d’en boire. Alors que du côté de ma famille, ils ont l’habitude que je ne prenne pas d’alcool. Donc, ils n’ont rien vu venir.

Quelques semaines/jours avant:

Prévoyez votre tenue. Bon, si vous voyez votre famille régulièrement, vous aurez pris l’habitude de mettre des vêtements un peu large qui ne laissent pas voir ce petit bidou qui pousse. J’avais déjà un ventre visible à 2 mois de grossesse. Pour les repas de fête, il faut toutefois avoir un vêtement un peu large mais habillé. J’ai testé toute ma garde robe… Et au final, j’ai porté un chemisier que mon frère m’avait offert peu de temps avant. Il m’a bien aidé, sans le savoir!

Renseignez-vous discrètement sur le menu. Vous pouvez peut-être même discrètement glisser quelques idées de menus qui conviennent aux femmes enceintes, l’air de rien. Sinon, organisez le repas chez vous! Même si, personnellement, je ne me serais pas sentie d’organiser le repas de Noël. j’étais TELLEMENT fatiguée…

Mettez-vous d’accord avec votre conjoint sur une excuse valable. Et là, honnêtement, ce n’est pas simple. Il n’y a pas de phrases miracles qui marchent à coup sûr. Ou si vous l’avez, partagez-la, discrètement encore. Si tout le monde la connait, ça ne marchera plus. Mais sachez, que l’on vous demandera certainement pourquoi vous ne prenez pas de foie gras ou de saumon. Et si mentir est facile pour vous, tant mieux. Sinon préparez une excuse toute faite. Avec Alex, on a tenté le célèbre: « J’ai mal au ventre ». Petit soucis, ne faites pas la même erreur que nous, c’est que l’on m’a immédiatement proposé de prendre un médicament. Petit hic, on ne peut pas prendre n’importe quel médicament quand on est enceinte. Alors, j’ai juste dit que j’avais mal mais que ça allait, j’allais juste attendre que ça passe. On a insisté. J’ai insisté dans ma réponse. Et j’ai pensé que c’était fichu. Surtout quand la femme de mon cousin a demandé si j’étais enceinte! Camille , si tu passes par là, ne refais jamais ça!

Le jour J

Sortez votre meilleure carte: le talent! On ne vous a pas donné l’oscar mais vous auriez dû l’avoir, jouez la comédie. Si vous avez prévu l’excuse du mal de ventre, n’arrivez pas en pleine forme jusqu’au moment du repas. Ne faites pas comme moi, prévoyez les réactions de votre entourage. Avec le recul, je me dis que j’aurais dû faire croire que j’avais pris un doliprane. Prétextez une besoin pressant, emportez le doliprane que vous avez prévu dans votre sac à main. Vous direz que vous l’avez avalé dans la salle de bain…

Au final, mes parents n’ont pas du tout soupçonné ma grossesse et ont été très surpris quand on leur a annoncé un mois plus tard. Du côté de mes grands parents, je n’ai pas mangé de foie gras, de saumon ou de pâté mais c’est passé inaperçu. Alors on sait jamais, peut-être que vous échapperez à l’interrogatoire.

Et si vous êtes découragée à l’idée de réussir, vous pouvez toujours profiter de cette occasion pour décider de révéler votre grossesse. Ou bien, il est encore temps de fuir Noël. Prétextez un voyage et faites Noël en amoureux? Dans tous les cas, bon courage!

Enceinte, GROSSESSE

La grossesse vue par les enfants

Maîtresse, pourquoi avant t’étais grosse et maintenant tu l’es plu?

Je me demande vraiment ce que les enfants s’imaginent quand ils se questionnent sur les femmes enceintes. Je ne connais pas la réponse à cette interrogation. Je crois que chacun y va un peu de son imagination. Je vous raconte une petite anecdote récente avec 2 de mes éléves. Attention, mignonerie, quand tu nous tiens…

L’autre jour, j’étais au portail avec mon petit Ulis qui me dit cette phrase. Il me faut alors quelques secondes pour percuter. Ah, oui il parle de ma grossesse. Et voici la conversation que l’on a eu.

– Parce qu’ il y avait un bébé et que maintenant il est sorti.

– oui, mais pourquoi t’étais grosse avant?

– Parce que j’étais enceinte. J’avais un bébé dans le ventre. (Oui, je ne lui précise pas qu’il n’est pas exactement sans le ventre)

– mais les bébés ça vit pas dans le ventre des mamans.

– si, au début. Et quand c’est assez grand, ils naissent.

– oui mais c’est que dans le ventre des mamans.

– oui

Pause

– Maitresse, le père Noël, il existe?

– oui bien sûr.

– oui mais pourquoi on le voit jamais?

– bah tu sais il a beaucoup de travail alors il a pas le temps de voir les enfants.

– Oui mais pourquoi on le voit pas?

– il doit donner des cadeaux à tous les enfants du monde, tu imagines?

– à tous?

Et là, mon autre petit Ulis qui devait manger à la cantine et dont les oreilles traînent par là intervient.

– sauf ceux qui sont pas sages. (Mon 2e élève d’ulis)

– mais il est pas tout seul pour faire son travail?

Mon 2e petit Ulis intervient à nouveau.

– bah non il y a les lutins qui l’aident.

– oui mais il y a que les lutins qui l’aident?

– oui.

– mais pourquoi c’est le père Noël qui donne les cadeaux et pas la mère Noël?

Mon 2e petit Ulis intervient et merci à lui pour cette jolie réponse.

– bah la mère Noël, elle peut pas parce que si elle a des bébés, faut qu’elle s’en occupe.

– Ah ouais…

Et là-dessus, le taxi est arrivé.

Alors oui, la mère Noël qui s’occupe des bébés pendant que le papa travaille, c’est un peu rétro comme conception de la vie mais c’était quand même trop mignon comme conversation.

Enceinte, GROSSESSE

Sexe de bébé: pourquoi garder la surprise

  • Il parait que ça ne rend le jour de l’accouchement que plus beau. Je n’ai pas de moyen de comparaison car je n’ai accouché qu’une fois et j’ai découvert le sexe de mon bébé ce jour-là. En tout cas, c’était que du bonheur.

  • Ca évite les mauvaises surprises. Eh oui, car quand vous venez d’accoucher, tout ce qui compte c’est que votre bébé et vous-même soyez en bonne santé. Le sexe du bébé n’a plus tellement d’importance. Si tout le monde va bien, vous êtes émerveillées.

  • Ca évite de recevoir des cadeaux trop genrés. Dès votre grossesse, vous pourrez inciter tout le monde à privilégier des choix, notamment de couleurs neutres. Bien-sûr, cet argument ne vaut que si, comme moi, vous n’appréciez pas trop les vêtements et les jouets genrés. Si vous adorez le rose, par exemple, bon, je ne suis pas sûre que cet argument vous convienne. Personnellement, j’espère que tout le monde continuera à veiller à ne pas trop choisir des cadeaux trop marqués par un genre.

  • Ca nous évite à nous aussi, parents, de choisir des couleurs trop genrées pour la chambre notamment. Bon, peut-être que même en connaissant le sexe, on aurait fait les mêmes choix de couleurs… Je ne sais pas. On a choisi du vert, ma couleur préférée.

  • Vous pouvez en jouer avec vos proches. Pourquoi pas faire une gender reveal party? J’ai une amie qui souhaite en faire une. Bon, pour elle c’est légèrement différent car ils connaissent le sexe mais ont décidé de le garder secret pour les autres. Mais vous pouvez mettre un ami dans la confidence, qui s’occupera d’organiser la petite fête. Par contre, vous n’aurez pas la surprise après avoir accouché alors à vous de peser les pour et les contre…

  • Vous êtes obligés de choisir des prénoms pour les deux sexes. Pourquoi est-ce un avantage? C’est un avantage si vous souhaitez avoir un autre enfant. Vous mettrez sans doute moins de temps pour choisir la prochaine fois. Enfin, sauf si vous changez d’avis…

  • Ca évite d’entendre des clichés variés du style: « Ce sera un petit footeux/costaud; « Ce sera une petite princesse »; « Tu verras, les garçons, ça bouge beaucoup! »; « Encore une fille! »; « Ce sera une piplette comme sa maman. »; « Il fera de la moto comme son papa » etc. Même si ce sont des petits commentaires tout mignons, certes, on ne sait pas comment sera votre bébé. Souvent, on a des attentes différentes selon le sexe d’un bébé mais peut-être que mon garçon aimera jouer au papa et à la maman. Bref, rien de bien méchant en soi mais au moins, vous ne vous ferez pas une image prédéterminée.

  • Parce qu’au fond, garçon ou fille… Ce n’est pas ce qui compte!

Enceinte, GROSSESSE

Annoncer sa grossesse, check!

Ca n’a pas toujours été facile de na pas en parler et j’ai failli craquer et en parler, ne serait-ce que pour avoir une oreille attentive. Les 3 premiers mois d’une première grossesse sont des mois où l’on se questionne énormément ! Mais on a décidé d’attendre d’être sûrs que tout allait bien, puis on l’a annoncé à nos parents et nos frères d’abord.

On a attendu mon anniversaire pour faire l’annonce à mes parents, les parents d’Alex, mon beau-frère et ma belle-sœur. On a prétexté vouloir faire mon anniversaire pour mes trente ans autour d’un petit repas tranquillou. Tout le monde était assis à table. On passe au dessert. Alex et moi avions commandé deux gâteaux. L’un était décoré avec une une petite sucette, une empreinte de pied et un ourson bleu et l’autre, avec les mêmes choses en rose puisqu’on ne connaissait pas le sexe.

Janvier 2020, le premier trimestre s’achève. Nous avions décidé d’attendre l’échographie du 1er trimestre pour faire notre annonce à notre entourage. Garder le secret à deux n’a pas toujours été simple. J’ai eu envie quelque fois d’avoir une oreille attentive surtout que j’étais presque sûre que mes copines avaient compris. Forcément, on s’était vues plusieurs fois et je n’avais pas bu un verre d’alcool depuis quelque temps.

Je pensais que l’ouverture du gâteau suffirait à leur faire comprendre mais Alex n’en était pas sûr alors il avait commandé un ballon en forme de cigogne tenant un bébé. On a caché la ballon gonflé dans une grosse boite en carton. On a même accroché l’échographie au ballon… Bref, TOUS les signes étaient là pour qu’ils comprennent rapidement.

Je vous le donne en mille… Ils n’ont pas tous compris. Bref, on est à table. On pose chacun un carton de dessert à chaque bout de table. On ouvre la boite et là, rien ne se passe. Ma belle-sœur finit par me dire avec un grand sourire: « Mais il y a une sucette, pourquoi il y a une sucette? » . Alors je lui réponds: « A ton avis? ». Et là, elle a compris. Elle se lève, me félicite, me prend dans ses bras. Autour de la table, on continue à bavarder, on nous regarde… Alex, lui, s’affaire à ouvrir le gros carton. La cigogne s’envole jusqu’au plafond avec l’échographie accrochée.

Toujours pas plus de réaction. Mes parents osent dire à haute voix: « C’est quoi ça? C’est une échographie? Pourquoi il y a une échographie? ». Le désespoir. C’est Alex qui leur dit d’aller voir de plus près. Ils s’approchent et finissent, ENFIN, par comprendre ce qu’il se passe.

Tout se finit bien. Tout le monde est très heureux et nous félicite. Mais je ne pensais pas que ce serait si compliqué à faire comprendre. Je ne sais pas ce qu’on choisira la prochaine fois mais il va falloir lancer un message très, très clair! Certains copines m’ont raconté comment elles, elles ont fait pour l’annoncer. Elles ont aussi des idées supers comme offrir un petit cadeau en lien avec bébé, porter un panneau de travaux ATTENTION bébé. Et vous, vous avez fait comment?