Mode de garde, QUOTIDIEN

Les différentes crèches

Quand on a un premier enfant, et qu’on cherche un moyen de garde pour bébé, non seulement on galère à trouver mais aussi à comprendre certaines nuances. Si vous cherchez plutôt une forme de garde collective, cet article pourra vous intéresser. Ou si vous êtes ouverts à toutes les options, pourvu que vous parveniez à trouver une solution! Oui, car selon où l’on habite, on a pas toujours le luxe des options…

Avec Alex, on avait plutôt choisi la crèche colletive classiqie mais notre dossier a été mis en attente. En tout cas, Léo va dans une MAM aujourd’hui et on est tellement contents!

La crèche

Tout le monde sait ce qu’est une crèche mais comment ça fonctionne? Qui paie? Quoi? Combien environ? Je vous explique comment ça fonctionne à partir de ce que j’ai appris en cherchant un moyen de garde pour Léo.

D’abord, il existe différents types de crèches: publiques, privées, familiale, parentale, micro-crèche.

  • La crèche collective: Elle peut accueillir jusqu’à 60 enfants. Elle est gérée par une collectivité locale (commune, service du département). Elle est placée sous le contrôle de la PMI (protection maternelle infantile). L’équipe est constituée d’un directeur ou d’une directrice et d’autres professionnels. L’encadrement est d’un professionnel pour 5 enfants qui ne marchent pas et 1 pour 8 enfants qui marchent.
  • La crèche familiale

Ce sont des assistantes maternelles qui gardent les enfants au domicile familial.

Une ou deux fois par semaine, les assistantes maternelles se rendent sans les locaux de la crèche familiale.

La crèche est également gérée par une collectivité territoriale et surveillée par la PMI.

Les parents ne sont pas l’employeur des assistantes maternelles.

  • La crèche parentale

Elle peut accueillir jusqu’à 25 enfants de manière régulière ou ponctuelle. Elle est créé et gérée par les parents et surveillée par la PMI. L’équipe est pluridisciplinaire.

Qui paie?

La plupart des crèches sont des crèches conventionnées et subventionnées par la CAF. Pour les autres crèches, ce sont les parents qui payent d’abord puis qui reçoivent une aide financière de la CAF: le complément libre de choix.

Quel prix?

Le montant peut varier entre 0,21€/h et 3,42€/h. Le calcul du tarif dépend de plusieurs données: revenus du foyer, nombre d’enfants à garder et situation familiale.

Mode de garde, QUOTIDIEN

Le visage de nounou

Je me demande ce que pense mon fils quand il voit ses nounous ou d’autres personnes avec le masque. Je me demande ce qu’il va ressortir de tout ça.

Petit texte où je me mets dans la peau de mon fils. Évidemment, je ne suis pas contre le port du masque par les nounous. Leur santé est primordiale. Évidemment, j’adorrais que l’on puisse s’en passer. Évidemment, j’invente ce texte. Évidemment, il y a donc une grande part d’invention dans ce texte.

Je m’appelle Léo. J’ai presque 6 mois. Depuis 3 mois déjà, je passe 4 jours par semaine à la MAM avec mes nounous. Elles sont supers! Elles s’occupent bien de moi. Elles me donnent des biberons quand j’en ai envie et elles me portent dans les bras. J’ai un petit lit là-bas pour me reposer quand j’en ai besoin. Il y a plein de jouets. Et des copains qui courent parfois un peu partout. Ça me fait de l’animation. J’aime beaucoup.

Il y a juste un truc. Je sais pas pourquoi. Mais les nounous portent tout le temps un masque et je ne peux pas voir leur sourire. Je trouve ça dommage. Elles ont un joli sourire. Enfin, je suppose. J’aimerais bien le voir comme celui de maman et de papa. Bon, je suis quelqu’un de fort alors j’arrive à sentir leurs émotions dans leur regard. Je crois qu’elles m’apprécient car quand je leur souris, leurs yeux sourient.

Parfois, je leur parle. Je suis un gros bavard, il paraît. Je sais pas trop si les autres comprennent tout ce que je dis car je me répéte souvent avant d’obtenir ce que je veux. Avec mes nounous, on fait des vocalises. Mais c’est assez difficile pour moi, je dois l’avouer. J’essaie d’imiter les sons qu’elles me font mais je vois pas toujours comment bouger mes lèvres. Alors, ça donne des trucs bizarres parfois. Je me ratrappe un peu à la maison avec papa et maman. Mais ces deux-là sont impressionnés quoique je fasse… Je ne suis pas sûr qu’ils soient très partials.

Je vous parle pas des comptines. Les nounous m’en chantent souvent! Mais avec le masque, je ne vois pas les lèvres bouger alors je n’arrive pas à bien comprendre comment elles font tout ces sons…

Je ne comprends pas tout ce qu’elles me disent parfois. Elles aussi, elles font parfois des sons bizarres. Mais, bon, je ne vois pas leur bouche, alors comment veux-tu que je les comprenne! C’est déjà difficile même sans. Heureusement, je comprends un peu dans leur ton, leur émotion. Enfin, je crois. Tout ça, c’est tout nouveau pour moi.

Et les bisous ! On en parle, des bisous? Avec et sans le masque, c’est vraiment pas pareil…

Non, puis, quand je regarde maman et papa, je comprends plein de choses sur moi! J’ai l’impression qu’on se ressemble. J’en apprends plus sur mon schéma corporel. Maman me chante des chansons et me montre les parties du visage. Mais à la MAM, c’est compliqué de parler du visage quand on ne le voit pas.

Heureusement, maman et papa ne mettent pas de masque à la maison. C’est plus simple. Mais quand même, ce serait pas mal de voir le visage de mes nounous. Au moins une fois.

Maman m’a expliqué pourquoi elles portaient un masque. Une histoire de virus. Je sais pas ce que c’est que ce virus. Mais s’il pouvait nous laisser tranquille, ce serait bien.

Mode de garde, QUOTIDIEN

Un cadeau de Noël pour nounou

Si il y a bien une personne à qui j’avais envie de faire un cadeau cette année, c’est la nounou de mon bébé. Sympa pour ma famille et mes amis, n’est-ce pas? Je vous explique pourquoi j’avais envie d’offrir ce cadeau en particuliers.

D’abord, c’est mon premier bébé et donc la première nounou. Et c’est le premier cadeau que je lui fais ou que Léo lui fait, même si à 5 mois, il n’a pas fait preuve d’une très grande participation. Donc, tout ça, c’est nouveau pour moi.

Aussi, la nounou de mon fils, c’est quelqu’un d’important dans sa vie et donc dans la mienne aussi. Elle fait un travail fabuleux. Elle prend soin de l’être qui m’est le plus cher au monde. Elle soigne ses petits maux, elle le nourrit, le berce, le distrait. Elle passe avec lui 9 à 10 heures par jour. Alors, oui, elle le fait parce qu’elle est payée mais ça se voit qu’elle aime son travail.

Elle fait un travail fou. Honnêtement, il faut aimer son travail pour faire nounou. Mais il faut aussi beaucoup de patience et d’énergie. J’ai été maîtresse en tout petite et petite section. Et l’adage, tout ce qui est petit est mignon est rigolo les 10 premières minutes. Ensuite, la réalité lui donne un tout autre sens. Ça peut vraiment être épuisant de s’occuper des petits. Alors, oui elle n’en a que 4 en charge et rarement en même temps… Mais je garde mon fils aussi et je vois bien que ça peut être crevant.

Bref, un petit geste sympa pour lui dire merci. Merci de s’occuper de mon petit cœur. Merci de le câliner, de le consoler, de jouer avec lui, de prendre soin de lui. Je pense que ça ne coûte pas grand chose et ça fait plaisir.

Personnellement, je lui acheté de bons chocolats chez un chocolatier car j’ai cru comprendre un jour, en discutant avec elle, qu’elle aimait ça. Mais il y a des tas de possibilités.

Quelques idées en vrac:

  • Un cadeau fait maison: gâteaux, biscuits, cousette, confiture…;

  • Un panier garni acheté ou fait maison: gâteaux produits artisanaux, chocolats, savons fait mains…;

  • Un cadeau personnalisé: petit sac, mug, pochette, gourde…;

  • Un petit cadeau: bougie, porte-clé;

  • Une petite carte ou un petit mot ;

  • Un bon produit artisanal: du vin, des truffes, de la poterie ou je ne sais quoi. C’est selon ce qu’il y a dans votre coin ;

  • Des fleurs: un bouquet ou une petite plante.

Je pense que l’important, c’est l’intention. Mais je pense aussi qu’un cadeau fait maison fait vraiment très plaisir ou un bon produit artisanal. En tant que maîtresse, je reçois des cadeaux tous les ans. Je ne sais pas si les nounous reçoivent les mêmes choses que moi. Mais je sais que je reçois tous les ans des mugs. Ça me fait énormément plaisir mais je n’ai plus de place dans le placard…

Léo et moi avons offert notre cadeau, vendredi dernier puisqu’ensuite, c’était les vacances pour nous. Elle a beaucoup apprécié.

Mode de garde, QUOTIDIEN

Mode de garde pour Léo

Et voilà… A peine le temps de tomber enceinte, et il faut déjà penser au moment où l’on se séparera de bébé.

Tant que j’étais enceinte, je n’avais pas conscience de ce que cela signifiait. C’est une fois que j’ai accouché que j’ai réalisé que le temps à 2 dans notre nid douillet qu’est la maison, nous était compté et que bientôt viendrait le temps de la séparation. Se séparer de son petit bébé, n’est pas vraiment facile ou plaisant. Rien que d’y penser, me faisait pleurer.

Bonne ou mauvaise chose, je ne sais pas. En tout cas, c’est pendant la grossesse qu’il faut envisager ce moment. Surtout quand on reprend le travail après le congé maternité, qui ne dure que 16 semaines dont 6 avant d’accoucher.

J’ai eu la chance d’accoucher un peu en avance. 3 semaines. Je dis que c’était une chance car tout allait bien pour bébé quand il est né et que ça m’a permis de profiter de lui un peu plus longtemps avant de le faire garder.

Dès qu’on a été sûrs que tout allait bien, et qu’il y avait moins de risque de fausse couche, Alex et moi avons fait une demande en crèche. En réalité, il est conseillé de faire sa demande dès que l’on sait être enceinte. Mais on ne voulait pas trop s’investir, émotionnellement parlant, avant d’être sûrs.

Pourquoi la crèche?

Nous préférions choisir une structure avec plusieurs adultes responsables pour plusieurs raisons:

  • On pense que la vie en collectivité est enrichissante pour un bébé même si on a une préférence pour une petite crèche, et pas la crèche à 50 enfants.  On pense aussi que ça le préparera à l’entrée à l’école, plus tard. A la crèche, il y a des petits moments de collectivité: jeux, ateliers, comptines et chants. Ces petits moments ressemblent beaucoup à ce que l’on fait à l’école, en maternelle notamment;

  • On est rassurés par le fait qu’il y ait plusieurs adultes responsables par rapport au pire. Je sais que la plupart des nounous font leur métier car elle l’aime et le font bien. Mais j’avoue que j’ai eu la crainte de tomber sur la mauvaise nounou, celle qui n’aime pas son travail, qui manquerait d’affection, qui, pire, pourrait maltraiter mon bébé. Bref, ça nous rassurait de le mettre en collectivité pour ça aussi;

  • On est plus sûrs en cas d’absence d’un adulte, de pouvoir quand même faire garder notre bébé. Et de ne pas se retrouver sans solution pour faire garder bébé. Alors, si, la solution c’est de prendre un jour. Léo est déjà tombé malade une fois et c’est Alex qui est allé le chercher. Je vous avoue que je n’ai pas passé un bon après-midi au travail et que j’aurais mille fois préféré être auprès de lui. Mais je n’ai pas un nombre de jours pour enfant malade illimité alors je sais qu’il faudra parfois avoir un plan B. Pas trop souvent, je l’espère.

Donc au départ, on était partis sur L’idée de la crèche. Me voilà donc, cahin caha, arrivée devant la structure collective de la ville, qui gère les inscriptions en crèche de tout le coin, pour une réunion d’information. La réunion dure 2 bonnes heures. La pièce est remplie de mamans et quelques papas. Quelques bébés qui finissent par pleurer au fond de la pièce. On nous projette un diaporama nous expliquant le fonctionnement des crèches et des autres solutions possibles. Oui, car très vite, on nous annonce la couleur. Il n’y aura pas de places pour tout le monde. Je sens que « tout le monde » ce sera moi. A la fin de ce speech, je fais la queue pour récupérer les polycopiés et les dépliants sur toutes les solutions de garde environnantes. Je ne prends pas rendez-vous tout de suite pour le rendez-vous individuel car il faut encore faire la queue et on nous dit qu’on peut prendre rendez-vous par téléphone.

Je rentre et je prépare le dossier pour notre bébé à venir, pour l’inscription. J’envoie le dossier ensuite par la poste. On est au mois de février. La réponse est prévue pour mai.

En attendant, j’essaie quand même de me renseigner sur les autres structures et notamment les crèches privées et les MAM. Je me renseigne mais une seule autre possibilité s’ouvre à moi. Et encore, rien de très sûr. Je ne suis pas rassurée.  Je décide d’attendre la réponse de la crèche.

Mi-mai. Le verdict tombe. Pas de place pour Léo. Je m’inscris donc sur nounou.com pour trouver des nounous dans le coin et passer les premiers entretiens. Je trouve une nounou qui a l’air super. Elle garde la fille d’un cousin. Ca me rassure de connaitre quelqu’un qui fait déjà garder son enfant là-bas. Et mes peurs s’évanouissent. Je l’appelle et lui pose quelques petites questions puis on prend rendez-vous chez elle.

Alex vient avec moi. On entre par un petit portail, elle nous accueille à la porte. On visite la cuisine, le salon, la jardin, les chambres. Bon point. Elle a plusieurs chambres. Un lit parapluie par chambre. Chaque enfant peut dormir dans une pièce différente. Elle n’a pas d’animaux. Elle a un grand jardin avec un bac à sable et une cabane pour enfants. Tout est vraiment très bien.

Je repars de chez elle, rassurée. Le seul petit bémol reste les horaires du vendredi qui ne correspondent pas à nos besoins. La semaine se termine. Je décide de retenter ma chance en MAM et je continue quand même de prospecter sur le site de nounou.

J’appelle, à nouveau et au cas où, la MAM juste à côté de chez nous. Et là, elles même disent qu’elles auraient finalement potentiellement une place. Elles attendent les retours de certains parents. On croise les doigts car la structure correspond à nos attentes, est très bien située et les horaires conviennent à ce que l’on cherche. On programme une visite.

La MAM

Maison d’assistantes maternelles. En gros, c’est des nounous qui se réunissent dans un lieu pour acceuillir des bébés au lieu de les accueillir chez elles. Elles mutualisent le matériel et le lieux.

Je par donc en visite de la MAM au mois de mai avec mon gros bidou de femme enceinte. C’est Vanessa qui m’accueille. Je visite la salle d’accueil et de jeux, le jardin avec son petit potager. Des bébés dorment alors je verrai le coin dodo une autre fois. On s’assoit pour faire un entretien où elle m’explique le fonctionnement global et je lui pose quelques questions. Elles sont 3 assistantes maternelles, elles ont entre 10 et 12 enfants en tout, jamais en même temps.

Je repars de cet entretien pleine d’espoir. C’est vraiment ce qu’on souhaite pour notre bébé. J’ai un mail de réponse une semaine plus tard qui me confirme qu’elles ont une place pour lui.

Les jeux sont faits. Bébé ira à la MAM.