QUOTIDIEN, Sommeil

Le sommeil de 6 mois à 6 ans

Je vous l’avais dit, après 6 mois, et tous ces périples, l’aventure… continue!

Pour débuter, si ce n’est pas déjà fait, rendez- vous sur l’article portant sur le sommeil de la naissance à 6 mois, là. Sa lecture vous permettra de mieux comprendre ce qui suit.

Les informations de cet article sont de source scientifique. J’ai appris beaucoup en lisant Dormir sans larmes du Dr Rosa Jové. Je vous en conseille la lecture, si comme pour moi, le sommeil de votre bébé vous questionne.

De 6 à 9 mois:

Entre 6, 7 mois bébé a acquis toutes les phases de sommeil d’un adulte. Il a donc toujours un sommeil polyphasique.

Mais son sommeil est toujours instable. Ça lui fait beaucoup de changements, à assimiler en peu de temps. Il doit encore apprendre à se réendormir seul entre chaque phase car il y a des micro-réveils entre ces phases. Et, c’est normal. Nous-mêmes adultes, faisons toujours ces micro-réveils mais nous savons nous réendormir seuls et ne remarquons même plus que nous en faisons dans la nuit.

Bébé dort en moyenne entre 11 et 14 heures réparties sur la nuit et 2 siestes. Mais il n’y pas d’obligation à respecter ce schéma à la lettre.

Sommeil cicardien toujours. Ça ne se perd pas! Il dort bien plus la nuit que le jour.

Entre 8 mois et 2 ans:

On entre dans une phase de maturation qui va durer jusqu’à ses 6 ans. Les bases sont toutes acquises. Les changements porteront sur le nombre d’heures de sommeil, et la répartition de ces heures.

La durée de sommeil va peu à peu dominuer: entre 10 et 13 heures jusqu’à 18 mois, plus que 8 à 11 heures de 4 à 6 ans.

Des facteurs qui peuvent jouer sur le sommeil car ce sont des changements importants dans la vie de bébé: la diversification, l’angoisse de la séparation, les dents, la marche. L’enfant peut donc redouter le moment où il devra aller dormir, avoir de l’anxiété, craindre la séparation. Il peut avoir un sommeil agité en raison de toutes ces nouvelles découvertes qu’il fait le jour: cauchemars.

Il peut y avoir des réveils nocturnes. Le sommeil à cet âge reste fragile.

Entre 3 et 6 ans:

Les réveils deviennent rares surtout si l’enfant a été rassuré.

Vers 3-4 ans, l’enfant peut ne plus avoir besoin de sieste.

Il peut demander des choses pour calmer ses peurs: une histoire, un câlin, une chanson… C’est le cas des enfants qui dorment seuls. Les enfants qui dorment avec leurs parents ont bien moins d’angoisse.

Vers 5-6 ans, l’enfant acquiert un sommeil proche de l’adulte: il dort la nuit pendant 8 à 10 heures environ, pas de sieste nécessaire d’ordinaire. Il peut y avoir des réveils mais généralement, il n’y en a plus.

On estime que devenir parents, c’est perdre 6 ans de sommeil. Mais, c’est aussi gagner toute une vie d’amour.

Pour bien plus de détails et si le sommeil de votre enfant vous pose toujours question: Dormir sans larmes, De Rosa Jové.

QUOTIDIEN, Sommeil

Le sommeil de 0 à 6 mois

Petit article pour remettre les pendules à l’heure. A l’heure des bébé et non les nôtres, à nous adultes. Et justement, c’est ça qui pose problème très souvent. Un bébé, ça ne dort pas comme un adulte. Ce n’est pas que les bébé ne savent pas dormir. Ils dorment très vite. Parfois, ils dorment même pendant l’accouchement. Ils dorment déjà pendant leur in utero. C’est bien que leur sommeil est différent. Et pour qu’ils aient un sommeil équivalent à celui des adultes, cela va prendre… 6 ans! Voilà pourquoi on dit que les parents perdent 6 ans de sommeil quand ils ont un enfant.

Bon, tout ça, c’est bien beau. Mais ils dorment comment alors les bébés? Non, parce qu’on aimerait tous qu’ils dorment à 20h et ne se réveillent pas trop tôt. Et qu’ils fassent de longues siestes pour qu’on ait le temps de faire tout ce qu’on a à faire dans notre vie d’adulte. Mais, c’est ça le hic, notre société n’est pas faite pour nous aider à élever nos enfants. Notre vie, notre travail ne concordent pas avec leurs besoins.

Pendant des mois, j’ai essayé d’endormir mon fils sans pleurs, sans comprendre pourquoi il pleurait certaines fois, de nombreuses fois, presque tout le temps au départ. Il y a de nombreuses raisons à cela. Mais, aujourd’hui, j’ai enfin compris certaines choses. D’abord, oui, les bébés ne dorment pas comme nous. Et on aura beau les laisser pleurer pendant des heures, ils s’endormiront, quand ce sera leur heure. L’heure où ils ont sommeil et non pas à l’heure à laquelle on a décidé qu’ils devaient dormir parce que ça nous arrange.

Ce qui m’a vraiment aidé à comprendre quand coucher mon bébé et pourquoi il se réveillait, pourquoi il pleurait au moment du coucher, c’est la lecture de Dormir sans larmes de Dr Rosa Jové. Dans son livre, on ne trouve pas de solution miracle, mais on comprend enfin comment fonctionne le sommeil des bébés. Et enfin, je sais mieux comment agir, réagir.

Le sommeil de 0 à 3 mois

Bébé sait déjà dormir. Il dort la majorité du temps. Mais bébé doit manger régulièrement et très souvent. Il fait donc de petites siestes et se réveille pour manger. Ce sont des besoins primaires. Et ça, même la nuit. Pourquoi n’aurait-il plus besoin de manger la nuit? Il y a un risque d’hypoglycémie pour lui, s’il ne mange pas très souvent.

Il dort entre 12 et 16 heures généralement réparties en petites siestes jour et nuit.

A cet âge, le sommeil des bébés est biphasique. Un sommeil en 2 phases: sommeil actif et sommeil lent, d’une durée de 50 à 60 minutes.

Son sommeil est ultradien: ça veut dire qu’il ne fait pas la différence entre le jour et la nuit.

Il s’endort directement en phase paradoxale, sommeil lent. La phase des rêves et des cauchemars. Cette phase permet de réorganiser le cerveau la mémoire, les apprentissages. Et c’est exactement ce dont il a besoin quand il dort, surtout qu’il ne dort que sur de courtes durées.

A retenir: en gros, de 0 à 3 mois, bébé ne fait que des siestes courtes, a besoin de manger très fréquemment, et a un rythme chaotique, imprévisible.

Le sommeil de 3 à 6 mois

Après 3 mois, le sommeil de bébé change. Il commence à prendre un rythme et à dormir plus la nuit que le jour. Bonne nouvelle! Il a un sommeil cicardien.

Il dort un peu moins longtemps. Généralement, entre 10 et 15 heures.

Il acquiert de nouvelles phases de sommeil et a un sommeil plus léger par contre. Ça fait partie de l’évolution de son sommeil.

Il ne s’endort plus en sommeil paradoxal. Il s’endort en phase de sommeil léger avant d’atteindre un sommeil plus profond.

Il a un sommeil polyphasique: vers 6-7 mois, il a acquis presque toutes les phases du sommeil de l’adulte. Mais ça ne veut pas dire qu’il dort comme un adulte! Les micro réveils entre différentes phases de sommeil sont toujours très fréquents seulement, il ne sait pas toujours comment se rendormir seul entre les différentes phases de sommeil.

Il a un sommeil instable. Il doit s’adapter sans cesse à ces nouvelles phases de sommeil et se réveille encore de nombreuses fois. Il est en transition. A sa naissance, il ne connaissait que 2 phases de sommeil: lent ou paradoxal et actif. Il en a acquis désormais 4 de plus. Il a besoin de temps pour apprendre à enchaîner ces phases et à se rendormir. Donc il arrive qu’il se réveille totalement au milieu de la nuit, et mette une heure ou que sais-je encore, avant de se réendormir.

A retenir: de 3 à 6 mois, bébé acquiert 4 nouvelles phases de sommeil ce qui peut perturber son sommeil (réveils, endormissement), il est en phase d’apprentissage pour le réendormissement entre chaque phase.

Pour en apprendre bien plus, je vous conseille vraiment la lecture du livre du docteur Rosa Jové qui explique tout dans le détail et s’appuie sur des exemples pratiques. Vraiment une perle ce livre!

Évidement, pas de mensonge entre nous. Ce n’est pas juste en lisant un livre que votre bébé va se mettre à s’endormir sans jamais pleurer, à l’heure qui vous arrange et ne plus se réveiller durant la nuit. Mais je sais enfin, pourquoi. Je ne me remets plus en question. Je comprends son sommeil et je peux agir avec encore plus de bienveillance.

Pour conclure? Bon courage! C’est pas fini ensuite. Je vous prépare la suite sur le sommeil après 6 mois.

Sources: Dormir sans larmes, De Rosa Jové.

QUOTIDIEN, Sommeil

Ne dites jamais que bébé fait ses nuits.

Je ne suis pas superstitutieuse mais… chhhhhhhhh….. Ne le dites pas trop fort. Ne le répétez pas même. Ça fait 6 mois que je me réveille toutes les nuits à quelques exceptions près, alors s’il le faut, je veux bien le devenir.

Oui, j’ai envie de le crier haut et fort. ÇA Y EST! Mais non… Je préfère me taire. On ne sait jamais. Ça pourrait porter la poisse.

Qu’est-ce que ça change?

Ça ne changera pas la qualité de mon sommeil qui a changé, et qui risque d’être changé pour un long moment. Non je ne m’arrêterais pas de me réveiller au moindre bruit. Je me lève toujours quand il pleure pour lui remettre sa tétine. Il se rendort tout de suite et moi aussi d’ailleurs.

Combien de temps ça a pris pour qu’il fasse ses nuits?

5 mois et 3 semaines, on va dire. Il paraît que les bébés peuvent faire leur nuit à partir de 3 mois. Nous, il continuait de se réveiller pour manger.

Comment ça s’est passé?

D’abord, il s’endort dans son lit. C’etait difficile au départ. Il ne dormait que contre nous ou dans nos bras. Il a fallu le rassurer beaucoup. Puis, il y est parvenu. Il a grandi. Il a grossi. Il a bu un peu plus, petit a petit la journée. Mais ce n’est pas ça le declencheur. Quand il s’est mis a faire ses nuits, il buvait déjà les mêmes quantités depuis un moment.

De temps à autre, on a essayé le coup de la tétine et ça a finit par marcher. Au lieu, de systématiquement lui proposer un biberon quand il se réveillait au milieu de la nuit, on lui remettait juste la tétine en place. Un jour, ça a finit par marcher. Il n’a pas repleuré. Il s’est rendormi. Il s’est réveillé une ou deux heures plus tard pour manger. Ça a d’abord repoussé l’heure du repas.

Toutes les nuits ne sont pas complètes. Il arrive que l’on ait encore des ratés notamment quand il commence sa nuit un peu tôt et qu’il ne prend pas le dernier biberon de la journée car il est épuisé. Mais ça y est, on sait qu’il peut le faire. On sait aussi quand il risque de se réveiller et avoir faim. On sait que ce n’est plus la norme.

On profite de ce qu’on a. On sait aussi que ça ne durera peut-être pas longtemps. Il y aura les dents. Il y aura les cauchemars, la peur du noir, le terrible two, les pipis au lit… Le chemin vers l’apprentissage du sommeil pour bébé est long et semé d’embûches.

Oui, le sommeil est apprentissage. Quand bébé naît, son sommeil n’est pas réglé sur nos habitudes d’adultes. On dit qu’il confond la nuit et le jour mais il y a des tas de choses qu’il doit apprivoiser. Son lit. L’endormissement. Les sensations nouvelles. Les réveils. Car un bébé a des phases de sommeil différentes des nôtres, plus courtes aussi.

Le chemin du sommeil est long.

QUOTIDIEN, Sommeil

Pour ou contre le cododo?

Vaste sujet que le cododo… Certaines personnes sauront peut-être répondre à cette question. Sans doute qu’il y a des parents qui ont un avis tranché sur le sujet. Nous, concernant, ça n’a pas été si évident.

Avec Alex, on s’est posés la question durant ma grossesse. Avant ca, je n’aurais vraiment pas imaginé pratiquer le cododo. Mais on ne sait jamais à l’avance quelle maman on sera. Très vite donc, on s’est dit qu’on allait le pratiquer. Nous ne l’avons fait que durant les 2 premiers mois de Léo. Ensuite, Léo a dormi dans sa chambre. Si on a apprécié faire du cododo, on a aussi grandement apprécié quand il a dormi dans sa chambre. Je vous explique ce qu’on a apprécié dans le cododo et pourquoi on a arrêté.

C’est quoi le cododo?

C’est le fait de dormir dans la même pièce que bébé. Mais pas dans le même lit. Si vous dormez dans le même lit que bébé, c’est du co-sleeping. Cette pratique-là, est déconseillée par la plupart des sage-femmes ou pédiatres car considérée comme dangereuse. Il y a un risque de rouler sur le bébé et de l’écraser pendant son sommeil. Il y a un risque qu’il s’étouffe avec l’oreiller ou la couette, ou les draps. Il y a un risque qu’il ait trop chaud.

La pratique du cododo, et non du co-sleeping est conseillée jusqu’au 6 mois de bébé. Après 6 mois, le risque de mort subite est bien moins important pour le nourrisson.

Le cododo dans le monde

Le cododo ou co-sleeping est extrêmement répandue ailleurs dans le monde. Tellement pratiqué, que c’est le fait de faire dormir bébé seul dans une chambre qui est hors de la norme dans de très nombreux pays. Faire dormir bébé dans sa chambre, seul est en réalité une pratique très occidentale, vieille de 100 ans. Alors que faire dormir bébé contre soi, est une pratique ancestrale. Depuis la nuit des temps, les premiers hommes et femmes préhistoriques ne faisaient pas dormir leur enfant seuls, à 6 mètres d’eux. Dans les sociétés traditionnelles, le bébé dort avec le reste de la famille dans une même pièce. C’est aussi la norme dans les pays industrialisés asiatiques, africains et sud-américains.

Les avantages que l’on a trouvé au cododo

C’est simple. Les études montrent qu’il y a moins de mort subite du nourrisson quand ils dorment dans la même pièce que leurs parents. C’est LA raison qui peut vous convaincre. C’est celle qui nous convaincu. L’OMS, l’UNICEF et la COFAM recommandent cette pratique jusqu’aux 6 mois de bébé.

Les bébés auraient également un sommeil plus réparateur quand ils dorment près de leurs parents. Je n’ai pas vérifié. Mais ça me paraît plausible. Est-ce que je dors bien quand Alex n’est pas la, avec moi? Pas sûre… Est-ce que j’apprécie dormir seule dans un lit? Non, pas vraiment. Alors je peux comprendre qu’un nourrisson apprécie dormir dans la même pièce que ses parents.

C’est pratique pour l’allaitement. Pas la peine de se lever de son lit pour allaiter bébé. Mais vous êtes obligées de le prendre avec vous, même si, par exemple vous souhaitez allaiter allongée. Si vous vous rendormez, vous n’êtes plus en cododo mais en cosleeping.

Les inconvénients

Un bébé qui dort, c’est bruyant. Et ça peut empêcher de bien dormir. En tout cas, nous, c’est vrai, qu’on ne dormait que d’un oeil avec Léo dans la chambre. On était toujours sur le qui-vive: il a fait un bruit, est-ce qu’il va pleurer?

C’est le seul inconvénient que je vois. Mais c’est un inconvénient important quand bébé n’est pas un gros dormeur, qu’il se réveille souvent.

Notre expérience avec le cododo

On a voulu faire du cododo avec Léo dès le départ. Le problème c’est qu’entre ce qu’on veut et ce qu’on parvient à faire, il y a une marge. Dès qu’on posait Léo dans son lit, et même si on l’allongeait à côté, il hurlait. Il ne voulait dormir que contre nous… Alors on a cédé, épuisés, je l’avoue et on a fait du co-sleeping. Je ne vous le conseille pas. Mais c’est la seule solution que l’on a trouvé supportable pendant quelques semaines.

Petit à petit Léo a accepté de dormir dans son lit. Au départ, il y restait sans dormir quelques minutes sans rien dire. Puis 10, 15 minutes. Puis, il commençait à y faire des siestes de 30 minutes. Les siestes se sont rallongées petit à petit.

Il continuait à se réveiller pour manger une à deux fois par nuit.

Au bout de 2 mois, on a décidé d’arrêter le cododo néanmoins.

Pourquoi on a arrêté le cododo.

Même si Léo dormait mieux et que c’était bien pratique pour l’allaitement, il faisait beaucoup de bruits en dormant et on restait toujours un peu en sommeil léger, prêts à agir au moindre signé de réveil. Je n’avais pas envie de le faire dormir seul dans sa chambre tout de suite. Je voulais vraiment tenir jusqu’à ses 6 mois.

Mais Alex était fatigué et n’avait bientôt plus de jours ni de congé paternité à poser… Il avait besoin d’un sommeil plus réparateur.

Je pense que le cododo doit se décider à deux alors on a doucement habitué Léo à dormir dans sa chambre. On a déplacé son lit dans sa chambre et on a commencé par les siestes.

Je crois que ça nous a pris 2 semaines pour faire la transition complète.

Ce que je pense du cododo

Effectivement, quand on a arrêté, c’était plus fatigant d’aller le chercher dans sa chambre pour l’allaitement mais pas autant que je me l’étais imaginé.

J’ai bien mieux dormi une fois que Léo était dans sa chambre. J’avais moins l’impression de somnoler. Mon sommeil me semblait plus profond et plus réparateur. Je pense que c’était la bonne décision pour nous. Bébé a besoin de parents en forme aussi.

La transition s’est bien passée. Pas plus de pleurs. Rien à signaler du côté de bébé.

C’était une étape nécessaire pour nous rassurer. C’est bien qu’on l’ait faite.

QUOTIDIEN, Sommeil

Mon bébé ne fait pas ses nuits

Depuis qu’il est né, Léo n’a fait que 3 nuits complètes d’affilée. On y a cru et puis, non, il s’est remis à se réveiller la nuit pour manger. Le pire, c’est qu’il a même ajouté un repas le soir vers 11h, minuit qu’il ne faisait pas avant.

Les nuits de bébé sont vraiment un mystère pour moi. Les premiers jours, bébé ne faisait que dormir jour comme nuit. Il est né avec 3 semaines d’avance. Je comprends en plus que l’accouchement soit une épreuve fatigante. Donc, il avait du sommeil à rattraper.

Ensuite, il inversait le jour et la nuit. Il ne dormait plus la nuit, et dormait beaucoup les après-midi. Mais il ne dormait quasiment que contre moi ou Alex. A partir du 2e mois, il dormait la nuit et se réveillait 2 fois par nuit 30 minutes en moyenne pour manger. Il pouvait dormir ailleurs que contre nous. Puis vers la fin du 2e mois, il se réveillait plus qu’une fois pour manger. Ça a duré comme ça jusqu’à ce que j’arrête l’allaitement.

Et maintenant, je ne sais pas pourquoi il ajouté un repas et donc un réveil. Il se lève donc vers 23h30, et à 4h. Puis il se réveille à 6h, en pleine forme. Enfin, j’ai peut-être une idée. J’ai entendu parler des phases de régression du sommeil. Je vous explique ce que j’en ai compris.

La régression du sommeil

Ça fait peur. C’est vrai que ce n’est pas une bonne nouvelle pour notre sommeil de parents. C’est une phase où bébé va se réveiller plus souvent la nuit, et dormir moins la journée. Généralement, elle est liée à l’acquisition de nouvelles compétences pour bébé: au niveau psychomoteur ou cognitif. Ça, c’est la bonne nouvelle.

Et du coup, BIM! Il y en a une vers 4 mois. On est à 5 mois et j’ai l’impression qu’elle n’est toujours pas passé par contre. Je ne sais pas combien de temps ça dure mais on a hâte qu’il fasse, ses nuits c’est sûr. Bon , pour les prochaines étapes de régression du sommeil, on se tient prêt.

La prochaine? Entre 7 et 9 mois où bébé acquiert le passage sur le dos à sur le ventre, la position assise. J’espère qu’on sera sortis de la première avant que l’autre nous tombe dessus.

Vers 12 mois. Développement émotionnel et cognitif important comme vers 4 mois. Parfois début de la marche.

Entre 2 et 3 ans. Phase du non où l’enfant prend conscience qu’il est un être à part entière et qu’il peut refuser, refuser de faire la sieste, par exemple…

Ça fait donc 5 mois qu’on se réveille la nuit. On s’alterne pour les réveils. Mais la fatigue est bien présente. On attend ses vacances avec impatience même si je doute qu’on ait beaucoup l’occasion de se reposer…

QUOTIDIEN, Sommeil

Sortir de la chambre sans réveiller bébé

Allez, un petit article pour rire un peu! Quand on est maman, il faut vraiment être capable d’autodérision.

Oui… Ça c’est une mission commando que seul(e)s les meilleurs réussiront. Mais je peux vous dire que quand c’est la galère pour endormir bébé, que vous avez un manque de 2000 heures de sommeil au compteur, vous devenez performants, ultra performants si ce n’est le ou la spécialiste de la fuite sans AUCUN bruit comme si tout l’air de la pièce s’était volatilisé, tel un astronaute au milieu du vide sonore. Bon, je vais m’arrêter là pour la comparaison.

On a du mal à endormir Léo? Nooooooon, pas du tout. On a eu du mal à l’endormir pendant 2 à 3 mois je dirais. Aujourd’hui, c’est le paradis, on le pose dans son lit, on lui met une tétine, on lui dit des mots doux, on baisse les volets, on lui met une berceuse, on sort de la pièce et il s’endort seul. Mais avant d’en arriver là, on a galèré comme de vrais galériens dans une galére de compétition. On a même cru que l’image du bébé qui dort paisiblement dans son berceau était en fait, une publicité mensongère. Et ce n’est pas complètement faux d’ailleurs. On nous ment! A part si vous avez beaucoup de chance, un bébé, ça ne s’endort pas tout seul dans un lit froid comme ça, et ça ne dort pas pendant des heures tout de suite non plus. Si votre bébé s’est endormi sans que vous galériez, eh bien, vous avez de la chance… ou vous l’avez laissé pleuré pendant des heures.

Donc, revenons à nos moutons. Quand enfin, on obtient le Graal, un bébé qui dort dans son berceau, il reste une dernière mission à réussir, sortir de la pièce sans le réveiller. Laissez-moi vous souhaiter bon courage. Là, toutes les techniques se valent. Il faut juste parfois faire une croix sur son intégrité et avoir un peu d’expérience.

La clé c’est surtout de connaître les pièges à éviter. Une porte qui grince? Un parquet qui grince? Vous maudirez les parquets. Un jouet bruyant qui couine traînant par terre ce jour-là? La machine à laver qui se lance dans la pièce à côté ou qui vous appelle. Oui, car aujourd’hui les machines à laver chantent quand elles sont prêtes. Heureusement, on peut enlever le son dans les réglages. Le téléphone qui sonne et que vous avez laissé en mode bruyant. Des chaussures qui font du bruit? Bref, va falloir très vite prendre le pli, passer en mode commando et anticiper les obstacles pour survivre à cette étape.

Quand enfin, bébé est endormi dans son petit lit et que c’est le moment de tenter votre chance pour sortir de la pièce, surtout, pas de hâte, vous risqueriez de faire une boulette, prenez votre temps, retenez votre respiration et tentez l’une de ces techniques:

  • Le petit chat. Vous vous déplacez tel un chat sur la pointe de pieds. Vous n’auriez pas eu un youpala quand vous étiez petit vous?

  • La petite souris. Vous tentez le quatre pattes.

  • Le vrai commando. Allongé(e) vous avancez en mode commando vers la porte de sortie. Vous jouez votre vie ou presque.

  • Le crabe. Vous vous déplacez en pas chassés, de côté donc. Pourquoi? Vous ne savez même plus comment vous en êtes arrivé à cette technique. Mais si ça marche…

  • Le serpent. Vous la tentez en rampant tel un anaconda.

  • Le perdrix. La fatigue vous fait délirer. Vous vous imaginez en train de vous envoler de la pièce jusqu’à ce que le parquet grince.

  • L’avion de chasse. Vous tentez la rapidité si vous allez plus vite que l’éclair, vous n’aurez pas le temps de l’entendre pleurer. Attention à la casse.

  • Le moonwalk. Pour bien garder l’oeil sur bébé, au moindre mouvement, vous vous arrêtez et attendez avant de repartir.

  • Le voleur. Légèrement courbé, vous partez sur la pointe des pieds, apeuré à l’idée d’être pris en flagrant délit.

  • La flaque. Vous vous liquéfiez devant son lit et vous vous endormez là allongé telle une flaque d’eau.

  • Le pied de grue. Vous avez laissé tomber, vous faites le pied de grue devant son lit.

Et vous, c’est quoi votre technique?

QUOTIDIEN, Sommeil

Reprise du boulot: bilan des 2 mois

Ça a réellement commencé à me travailler un mois avant la date butoir.

Pendant ma grossesse, j’avais décidé que je ne prendrais pas de congé parental. La raison est que nous ne nous sentions pas de perdre un salaire et de vivre que sur le salaire d’Alex. Je n’imaginais pas non plus que ce serait si difficile de me séparer de mon bébé.

Ce n’est qu’une fois qu’il est né que j’ai compris que ce serait difficile. Et que j’ai compris à quel point le congé maternité en France est court.

C’est à un mois de la date butoir, que j’en ai pleuré. Une fois. Deux fois. Plusieurs fois. L’idée que l’on me sépare de mon petit coeur, que je venais de mettre au monde et qui ne connaissait que moi, me paraissait cruelle. Pour moi et surtout pour lui. Qu’allait-il comprendre de tout ça lui?

Alors je lui ai parlé. Je lui ai dit ces mots:

Je t’aime mon bébé. Je t’aime à la folie, plus que tout au monde. Je t’aime d’un amour infini. Mais je dois retourner travailler. Je n’ai pas le choix. J’aimerais rester tout le temps avec toi pour te câliner, t’embrasser, te serrer fort dans mes bras, m’occuper de toi, jouer avec toi. Je n’ai pas envie de retourner travailler mais je n’ai pas le choix. Je t’ai trouvé un endroit super où tu pourras te faire des copains, où tu seras bien. Il y a aura Lucie qui s’occupera bien de toi. Tu iras là-bas le matin et je viendrai te chercher le soir. Parfois, ce sera papa qui viendra te chercher mais on se retrouvera à la maison. Je rentrerai le plus vite possible du travail pour te retrouver. Je t’aime plus que tout au monde. Quand on se retrouvera le soir, ce sera trop bien. J’aurai hâte de te retrouver.

Je lui ai répété ces mots des tonnes de fois. Je n’ai eu de cesse de lui dire que je l’aimais plus que tout et que si je pouvais, je resterais avec lui.

Une reprise en douceur: l’adaptation à la MAM

Ça a été difficile les jours avant et les heures avant d’imaginer qu’il faudrait que je me sépare de lui quelques heures. J’ai évidemment pleuré comme une madeleine. Mais il a bien fallu y passer. C’était pour moi et un peu pour lui. Pour qu’il se familiarise avec les nounous, le lieu, et l’atmosphère. Je l’ai emmené à la MAM deux fois. Il est resté quelques heures à chaque fois. Je ne suis pas restée avec lui. Je crois que c’était mieux ainsi en fait. La première fois quand je l’ai amené, il dormait. Il s’est réveillé là-bas, sans moi. Ça s’est bien passé. La seconde, il était éveillé. Il m’a regardé partir. J’avais le coeur serré.

A chaque fois, j’étais tellement heureuse de le retrouver. C’était comme un soulagement même si je n’avais pas d’inquiétude par rapport aux nounous. Elles sont supers.

Le premier jour de boulot

Le premier jour de la séparation a évidemment été un crève-coeur. J’ai pleuré la veille, la nuit, le matin, dans la voiture. J’ai à peu près réussi à retenir mes larmes devant les nounous. Je lui ai fait des milliers de bisous ce matin-là. J’ai pris une photo de lui pour mémoriser son visage, une fois de plus.

La journée s’est déroulée sans que je n’ai vraiment la tête au boulot. Je pensais à lui. Je comptais les heures. Je n’avais qu’une hâte, c’était de rentrer, d’aller le chercher, qu’il comprenne que je viendrai toujours le chercher.

Les 15 premiers jours

Après 15 jours de boulot, mon état d’esprit a changé. Je ne pleure évidemment plus quand je laisse Léo à la MAM. J’ai la tête au boulot et je trouve que les journées passent plutôt vite dans l’ensemble. Je suis évidemment ravie de retrouver mon fils le soir et je ne traîne pas trop le soir.

Bilan au bout de 2 mois

Léo et moi avons trouvé notre rythme. Alex aussi. Je ne traîne pas trop le soir pour aller chercher Léo et passer un peu plus de temps avec lui mais j’ai vraiment retrouvé un bon rythme de boulot sans y passer mes jours et mes nuits. J’adore ma classe et mes éléves qui sont trop mignons. Je suis contente quand je peux passer la journée avec mon bébé et de le retrouver après le boulot mais je suis contente aussi de retrouver mes élèves et mes collègues.

QUOTIDIEN, Sommeil

Rythme de bébé Léo à 4 mois et des poussières

Bon, à 4 mois et quelques, c’est pas encore un rythme de croisière pour nous mais, on s’en approche…

Comme je vous disais dans mon article précédent, on a eu beaucoup de mal à endormir Léo les premiers mois. Il pleurait dès qu’on le posait dans son lit au départ. Il ne dormait que dans nos bras ou dans l’écharpe de portage.

Ça y est, on a franchi le cap des bras. Léo s’endort dans son petit lit, plutôt rapidement sans qu’on ait besoin de retourner le voir pour l’aider à s’endormir.

Alors peut-être que ça ne va pas durer. Les parents avertis savent que le sommeil, ce n’est jamais gagné à moins d’avoir la chance d’avoir un bébé gros GROS dormeur peut-être? On est déjà chanceux qu’il s’endorme facilement dans son lit à 4 mois et demi car certaines mamans galèrent beaucoup plus longtemps.

1 mois: bébé ne dort que dans les bras

Léo ne dormait que dans nos bras pendant un mois. Dès qu’on le posait, il avait ce qu’on appelle le réflexe de Moro qui s’activait. Le réflexe de Moro c’est quand le bébé allongé sur le dos lève les bras, sans pouvoir les contrôler. En plus de ce mouvement incontrôlé, Léo avait tendance à s’énerver dès qu’on l’allongeait même dans son lit cododo. Les seuls endroits où il s’endormait et était apaisé étaient nos bras et dans notre lit. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais dans notre lit, il s’endormait facilement. Je suppose qu’il y avait notre odeur et que ça devait le rassurer.

Alors je sais qu’il est déconseillé de faire dormir un bébé dans son propre lit car ça augmente le risque de mort subite. Avant d’accoucher, j’étais persuadée que JAMAIS je ne le ferais dormir dans mon lit. Puis, je me suis épuisée à trouver des solutions et j’ai fini par le faire dormir entre nous deux. Évidemment, je ne vous conseille pas de faire de même. Je vous raconte juste comment ça s’est passé pour moi. Je ne suis pas un exemple à suivre. Léo a fait des siestes et des nuits dans notre lit ou sur moi. C’était usant pour nous deux. Je pense qu’au fond de moi, cela me rassurait de l’avoir tout à côté ou contre moi. Peut être que ça joue sur leurs réactions. Mais je dois avouer qu’à chaque étape franchie pour le sommeil de Léo, ça a été un soulagement pour moi. Un soulagement de voir qu’il dormait plus car je craignais qu’il soit trop fatigué et un soulagement pour mon sommeil et celui d’Alex.

Le cododo

Léo a dormi dans son lit cododo ensuite pendant encore un mois et demi. J’aurais voulu continuer plus longtemps mais Alex n’était pas pour.

Il se sentait fatigué et était réveillé par les bruits de Léo. Oui, car un bébé fait énormément de bruits quand il dort! C’est dingue! J’avoue que j’était aussi beaucoup réveillée par ses bruits. Je pense, en plus, qu’on a une sorte d’instinct qui nous maintient en éveil, prêt à bondir au moindre danger pour protéger notre bébé.

Passer Léo dans une autre chambre était pour moi une séparation supplémentaire. Après avoir accouché, on est physiquement séparée de notre bébé pour la première fois. C’est une sensation étrange. Il y a comme un manque. L’arrêt du cododo était une étape de plus à franchir dans ce détachement. C’est dur à vivre.

Et pourtant, je dois avouer qu’Alex avait raison. Pour nous, en tout cas, ça a été une bonne chose que Léo dorme dans sa chambre par la suite. Je m’en suis rendue compte dès la première nuit. J’ai pu dormir bien mieux. Je ne me suis plus réveillée au moindre de ses bruits. Je me suis sentie tout de suite plus reposée.

Dodo sur le dos?

En résumé, pendant ce premier mois, ça a été la galère pour l’endormir, le faire dormir également et notamment sur le dos. Quand on le mettait sur le dos, il arrivait à basculer sur le côté en balançant les bras et les jambes. On a décidé pendant un moment de le coucher sur le côté même si les recommandations actuelles sont de le coucher sur le dos. Ça nous a aidé à le faire dormir un peu plus longtemps pendant quelques semaines. On a toutefois continué d’essayer de le coucher sur le dos, régulièrement.

Puis, il a fini par s’apaiser et on a pu le faire dormir dans son lit cododo allongé sur le dos. Au début, il ne dormait que par tranches de 30 minutes puis 40, puis une heure. A 4 mois et demi, il fait enfin des siestes de 2 heures généralement.

A 4 mois, Léo a commencé à prendre de vrais habitudes de sommeil car avant c’était encor eun peu chaotique. Ca m’était difficile de prédire à quel moment, il ferait la sieste et pour combien de temps. Et même si on nous dit d’observer les signes du sommeil pour savoir quand coucher bébé, ce n’est pas aussi facile de les décrypter!

Voici donc la journée type de Léo à 4 mois:

  • 6h45-7h: il se réveille.
  • 9h: il s’endort à nouveau. Plus besoin de le bercer. Il s’endort très rapidement avec sa tétine et la position allongée.
  • 11h réveil
  • 13h environ à nouveau endormissement
  • 15h ou plus réveil
  • 18h parfois petit somme de 30 minutes
  • 18h30 réveil
  • 20h ou plus il commence sa nuit
  • 2h30 ou 3h30 du matin réveil pour manger

Ce que ça a changé pour moi? Je peux enfin prévoir ma journée d’avance! Je sais à peu près quand j’aurai du temps libre et combien de temps j’aurai de libre. Je peux enfin mieux organiser ma journée et être plus efficace dans ce que je fais. Bon, je reste prudente, car je sais que l’acquisition du sommeil chez un bébé est longue et semée d’embûches! D’ailleurs, à l’heure où je rédige cet article, Léo semble à nouveau légèrement modifier ce rythme. Comme quoi, à cet âge, tout change encore très vite!

QUOTIDIEN, Sommeil

Quand tu galères à endormir bébé


5h50 Tu dors.


5h51 Tu es réveillée par des petits pleurs.


5h52 Les pleurs s’intensifient, tu te lèves rapidement, passes au toilette. Tu entends ses pleurs qui montent en intensité ce qui te met une petite pression. Tu t’essuies vite fait. Du pipi coule entre tes jambes. Tu reprends du papier toilette.


5h55 Tu prends petit cœur dans les bras et le rassure par des mots doux. Avec un peu de chance, ses pleurs diminuent.


5h57 La tête renversée en arrière posée comme tu peux contre le mur derrière ton lit, le filet de bave entre les lèvres, petit cœur installé en toute sécurité qui tète, tu reprends un petit peu ta nuit de sommeil.


6h45 Tu te réveilles. Bébé cœur s’est endormi contre ton sein. Tu décides de tenter ta chance. Tu le tiens fermement en position d’une main, tu repousses délicatement le coussin d’allaitement, tu avances à genou sur le lit essayant de ne faire aucun mouvement brusque et tu te diriges tout doucement vers son lit.


6h Tu le poses délicatement dans son lit. C’est gagné, il n’a pas rouvert les yeux!


6h05 Il pleure à nouveau. C’est reparti pour une session l’allaitement.


7h30 Après avoir fini ta session l’allaitement et l’avoir changé , tu as finalement réussi à endormir bébé. Mais ça y est, il a fini de se reposer, sa journée peut commencer. Mauvaise nouvelle, la tienne aussi!


8h Tu as réussi à le poser sur son tapis/transat et tu viens de finir ton petit déjeuner pris, on ne va pas se mentir, à la hâte. On ne sait pas quand petit cœur va te réclamer.


8h15Tu craques ou il craque mais l’un des deux à envie de faire un câlin, de faire des areuh, de passer du temps avec l’autre alors tant pis pour ta douche, ça attendra.


9h15 Alors que tu es train de faire des gazouillis avec bebe, voilà qu’il commence à s’énerver. Ça y est, c’est l’étape du dodo qui pointe le bout de son nez et je te préviens, ça va être délicat. Tu prends bebe dans tes bras, ça te fait gagner quelques minutes.


9h30 Tu as essayé toutes les positions possibles dont la sacro sainte position, le ventre allongé sur ton bras mais bébé pleure. Tu sors l’arme ultime, la tétine et le positionne, s’il le veut bien, en position dodo. Pour Léo, c’est le ventre collé contre le mien. Et tu entames des allers retours dans la couloir. Tu as un grand couloir, tant mieux, ça te fera de la distraction.


9h35 2e étape de l’endormissement, allers retours devant son berceau.


9h45 Tu tentes de le poser délicatement dans son lit . Si tu as de la chance, il ne se réveillera pas et tu n’auras pas besoin de recommencer à le bercer. Mais on va partir sur une journée où ça ne fonctionne pas.


10h10 Après plusieurs tentatives, tu le reprends avec toi. Avec un peu de chance, tu pourras le poser mais en attendant, tu vas continuer de sentir mauvais.


10h11 Bébé pleure et la tu te rends compte qu’il a faim. C’est reparti pour une session d’allaitement.

10h44 Bébé a bien mangé mais ne dort toujours pas. Tu peux le poser quelques minutes, tu en profites pour faire à manger.

11h Tu réessaies de l’endormir. Allers retours dans le couloir puis devant son berceau, tu le poses délicatement, il ouvre directement les yeux. Tant pis, tu essaies quand même, tu sors de la chambre.

11h10 Il t’appelle. Tu y retournes. Il a les yeux grands ouverts. Tu capitules et le ramène dans le salon. Tu décides de jouer un petit coup avec lui puis tu reprends ta recette de cuisine. Heureusement, tu avais prévu très simple.

12h Cette fois-ci, c’est la bonne. Allers retours et… tentative réussi! Il a fini par s’endormir. Tu as de la chance, tu vas pouvoir manger à une heure descente aujourd’hui.

13h30 Bébé se réveille. Nouvelle session d’allaitement prévue. C’est bien tu as eu le temps de te laver et de manger. C’est une bonne journée.

16h57
Bébé ne s’est pas rendormi de l’après midi mais il a tété au moins une nouvelle fois. Tu as envie de dormir mais quand tu vois sa petite bouille, tu fonds et tu lui souris. Tu grignotes un petit truc.

18h15 Tu comptes les minutes avant que le papa n’arrive pour prendre le relais. En même temps, tu prends ta dose de câlins et t’imprègne de son odeur.

18h22 Papa arrive et prend bébé dans ses bras. Tu aimerais te poser mais tu en profites pour préparer le repas.

18H30 On entre dans une zone à risque: bébé pleure. Tu la pris dans tes bras, tu le berces, il pleure; Tu le poses sur sont tapis, il pleure. Tu lui parles, il pleure. Tu joues avec lui, il pleure. Tu lui chantes une chanson, il pleure. Tu vérifies tout: faim, fièvre, douleur… il pleure. Tu entames la phase câlins pour le rassurer tant que tu peux.

19h45 Bébé boit enfin son biberon.

20h10 Bébé a roté. Papa va le changer. Tu te jettes sur le canapé.

20h11 Le sommeil te gagne.

20h16 La valse de qui va endormir bébé commence.

20H30 Vous vous installez les pieds sous la table, prêts à manger.

20h50 Lovés dans le canapé, vous êtes prêts à regarder la télé. Le sommeil vous gagne.

2h35 Après être passée du canapé à ton lit, il est temps de te lever. Bébé a faim. C’est reparti!