Vie de famille, VIE DE PARENTS

Quand tu n’as pas le temps…

Vous cherchez la solution miracle pour échapper à la corvée du repas et du ménage au quotidien? Passez votre chemin, je ne suis pas le père noël. Comme vous, j’ai cherché mais jamais trouvé. A moins de devenir très riche et de se payer un homme à tout faire… Mais bon, je n’ai pas choisi le bon métier pour et je n’ai pas encore cédé à la tentation d’épouser un vieux milliardaire moche. En plus, Matt Damon n’était pas disponible. Donc, au quotidien, je me débrouille comme je peux et je ruse comme je peux aussi.

Je n’ai pas le temps. Il y a des semaines particulièrement où je n’ai pas le temps. Pas le temps de tout faire ce que je dois faire. Pas le temps de nettoyer le sol, de faire la poussière, faire à manger, ranger ce qui traîne, faire une lessive, étendre la lessive, ranger les vêtements propres, repasser, passer l’aspirateur, nettoyer la douche, les toilettes, faire les courses…

Toutes ces choses que je dois faire, ou qu’Alex doit faire et qui passent après le reste, après notre vie de famille. Alors si je ne me prends pas la tête pour ça, j’essaie quand même parfois de garder le cap et de mettre un bon coup d’accélérateur dans tout ça.

Mais voilà, le soucis c’est que je suis un peu fainéante sur les bords quand il s’agit de gérer le quotidien. Alors qui dit flemme, dit solutions de dépannage.

Mes soluces de dépannage :

Commander ton repas, tu feras.

Je commande à manger, surtout le weekend. Le bon point avec le confinement, c’est que commander à manger aujourd’hui ne se résume plus à commander japonais ou américain. D’autres restos se sont mis à proposer des plats à emporter. On peut donc varier les plaisirs. Il y a deux semaines, on a commandé des sushis. Bon, parce que quand même, ça faisait plus d’un an que je n’en avais pas mangé alors que j’adore ça. Et ce weekend, c’était joue de porc, purée de choux fleurs et panna cotta. Ce n’est pas, parce qu’on a pas le temps, qu’on ne peut plus bien manger.

Au batch cooking, tu te consacreras.

Ok, c’est vrai que commander au resto a ses limites. Les limites du portefeuille. Alors, bon, il va falloir quand même cuisiner. Alex et moi devons nous préparer des repas pour le boulot. Et le soir, on aime bien qu’il n’y ait plus qu’à réchauffer ou éventuellement un truc à cuisiner rapidement. Alors, je me suis mise au batch cooking. En gros, je prépare surtout mes légumes. Je les épluche, découpe et les range dans un récipient fermé au frigo. Parfois, quand j’ai le temps, je commence à en cuire certains. Je fais ça le weekend. Comme ça les soirs de semaine, quand il est 19h, que Léo est là, et que je n’ai pas vraiment envie de cuisiner, je peux préparer des bons aliments rapidement. Et passer du temps avec lui.

Demander de l’aide, tu oseras !

Parfois, ça reste compliqué de tout gérer. Et avec Léo qui ne fait pas ses nuits, le boulot, la fatigue s’accumule. Alors même si j’ai du mal à demander, un petit coup de main de la famille ou des copines pour les tâches du quotidien, ça soulage et ça fait plaisir. Heureusement, j’ai des copines, une belle-mère et une maman qui n’attendent pas que je demande pour nous préparer de bons petits plats.

Au repassage, tu renonceras.

C’est une évidence même. Qui repasse encore aujourd’hui? A moins d’avoir un code vestimentaire strict avec chemises, aujourd’hui, on peut toutes et tous se passer du repassage pour la majorité ou la totalité de nos vêtements. Alors pourquoi s’ajouter du boulot? Soyons honnêtes aussi, le repassage n’a jamais été ma passion de toute façon.

Compter sur le papa, tu pourras.

J’ai un super conjoint qui a toujours mis son grain de sel dans la cuisine et dans le ménage. Est ce que j’ai de la chance? Non, ça devrait être la norme pour nous toutes en fait.

Prévoir des repas de dépannage, tu feras.

Même avec de la bonne volonté, il y a toujours des moments où je suis fatiguée et je sors de mon chapeau magique, un repas vite-fait. Croques monsieurs, crèpes, tartines de pain avec les restes du frigo, plats surgelés, quiche, pizzas tout fait…

En bonnes quantités tu cuisineras.

On a encore de la chance. Léo n’a pas encore commencé la diversification alimentaire. Et quand il la commencera, il ne mangera que de petites quantités. On prépare donc pour deux. Mais en réalité, on prépare pour 4 à 8 personnes pour avoir des restes.

Et voilà… Pas de solution miracle, surtout concernant le ménage. Si vous la connaissez, soyez sympa, partagez!

QUOTIDIEN, Soins

Bébé est enrhumé

Bébé est malade pour la première fois. Et si ce n’est qu’un nez qui coule, pour maman c’est beaucoup plus! Alors, j’essaie de ne pas trop y penser et de faire au mieux pour l’aider à dégager son petit nez, et soulager ses pleurs. Voici comment ça s’est déroulé quand Léo est tombé malade pour la première fois. Je vous mets également en bas de l’article, les petites astuces que j’utilise quand bébé a le nez pris.

Depuis un moment, Léo commençait à éternuer de temps à autre. Rien d’inquiétant en soi. D’ailleurs, au final, il n’a eu qu’un rhume donc rien d’inquiétant non plus. Le weekend arrive et là, Léo devient très ronchon. Il ne mange quasiment plus et ne dort guère non plus. Alex et moi nous alternons pour trouver ce qu’il a, et pour l’aider comme on peut.

Lundi matin, son nez est toujours bien encombré. J’essaie à nouveau de lui libérer les voies nasales en utilisant du sérum phy et un mouche-bébé classique. Il n’y pas grand chose qui sort. Il n’y a en fait pas grand chose dans ses narines, de visible… bien que j’entends bien quand il respire qu’il est gêné. Direction la MAM car je travaille aujourd’hui. Je le dépose en expliquant qu’il n’est pas au top de la forme, ETC…

Ma journée de boulot commence. J’ai un travail que j’aime beaucoup et quand mes élèves arrivent, je n’ai plus vraiment le temps de penser à autre chose. Je suis de toute façon consacrée à mes élèves. Mais là, j’avoue avoir du mal à me concentrer. Et alors, arrive 11h10, mon téléphone sonne. Je sais que ça n’est pas bon signe. Personne ne m’appelle quand je suis au boulot car tous savent que je suis avec mes élèves. Ca ne rate pas, c’est la nounou de Léo. Il a de la fièvre. On est en période de COVID et de confinement donc, protocole sanitaire oblige, ils appellent au moindre doute. Fin de matinée, je n’avais vraiment plus la tête au boulot. Je ne pensais qu’à mon petit bébé qui n’était pas bien.

C’est Alex qui le récupère. Il prend sa température et m’envoie un texto pour me rassurer. Léo n’a plus de fièvre. Je ne tarde pas à rentrer ce soir-là. Je retrouve un Léo en pleine forme, qui a faim, qui me sourit et me fait des AREUH magnifiques. Je retrouve le sourire et mon petit cœur de maman guérit déjà.

Son petit nez est resté encombré pendant bien une semaine. Je dirais qu’on commence à peine à s’en sortir. Et malheureusement, avec l’hiver qui approche, et la COVID, on risque de connaitre très souvent ce genre d’épisodes.

Alors, vous devez me trouver ridicule … ou peut-être que non. Au final, ce n’était vraiment pas grand chose. Mais qu’est-ce que ça fait du bien de le voir sourire! J’ai quand même investi dans plusieurs sortes de thermomètres. Celui qui prend la température sur le front, et celui qu’on met sous le bras. La prochaine fois, je serai encore mieux préparée!

Les petites astuces pour soigner un petit rhume:

Numéro 1: utiliser du sérum physiologique. LA BASE. On vous en donnera dès la maternité normalement. Le sérum phy sert à nettoyer les yeux, le cordon ombilical, le nez. Toutes les parties sensibles du visage sont nettoyées avec.

Numéro 2: utiliser un thermomètre ou plusieurs. S’il y a un truc à surveille c’est la fièvre quand bébé est malade. Le thermomètre le plus efficace est celui qui prend la température dans l’anus. Bon, il faut se sentir de l’utiliser. Sinon, il existe le thermomètre que l’on glisse sous l’aisselle. Il faut lui ajouter 5 degrés. Pas toujours pratique car bébé peut être un peu remuant surtout s’il n’est pas en forme. Si vous le placez mal, il met une plombe à vous indiquer la température. On le retire dès qu’on entend le petit bip. Le thermomètre frontal est vraiment très pratique. Il vous indique la température rapidement et ne dérange pas bébé. Par précaution, on prend sa température deux fois avec car les résultats varient un peu, ce qui me fait penser que ce n’est pas le plus précis non plus.

Numéro 3: avoir recours à un médicament pour faire baisser la fièvre. Si découvrir un peu bébé ne suffit pas, vous pouvez lui administrer. On utilise du doliprane pour bébé avec Alex. Il vous faudra connaitre son poids et utiliser la pipette fournie avec.

Numéro 4: utiliser un mouche-bébé ou, pour les plus grands de la nasaline. Question mouche-bébé, on a pris le plus basique. Celui où on aspire avec notre propre bouche. Je vous avoue qu’on ne l’a pas encore beaucoup utilisé mais il nous a permis de bien aider Léo car le sérum phy a ses limites. La nasaline , quesaco? C’est un petit objet mécanique pour déboucher les voies nasales. Il est plutôt destiné aux enfants et aux adultes. C’est un système ultra efficace. Je vous mets en lien une vidéo qui vous montre comment ça fonctionne: https://www.youtube.com/watch?v=rZrjjGGOUQw

Numéro 5: utiliser un gant de toilette. Je fais couler un peu d’eau fraiche dessus et je le place doucement sur différentes parties du corps de mon bébé pour faire baisser sa température.

Numéro 6: le faire boire beaucoup!! S’il est au lait, le faire boire du lait le plus souvent possible. Quand Léo est malade, il ne boit que de petites quantités en plusieurs fois. Il ne faut pas hésiter à lui donner. Comme pour nous adultes, la fièvre déshydrate.

Numéro 7: surélever le lit. On a pas eu le choix avec Léo. On a essayé de le coucher sur son matelas sans le surélever. Il se réveillait toutes les heures pendant la nuit. On a légèrement surélevé le lit et hop, il a dormi 4 heures d’affilée avant de se réveiller pour boire.

Le dernier conseil que je peux vous donner, c’est de prendre sur vous, faire preuve de patience. Bébé risque d’être ronchon toute la journée ou soirée. Alors, courage!