Education, QUOTIDIEN

Sage comme une image

Sage comme une image.

Silencieux.

Émotion censurée, tue, tenue, oubliée, enfouie, cachée, maintenue, éteinte.

Avoir un enfant sage comme une image, est-ce réellement une fierté pour les parents? Est-ce quelque chose dont on doit se vanter? Est-ce mieux qu’un enfant qui exprime ses émotions plus intensément?

Tout parent se réjouit d’avoir un enfant sage. La sagesse évite bien des conflits, des difficultés aux parents.

Un enfant sage n’est pas un enfant qui sait contenir ses émotions fortes comme la colère, la peur, la joie également. Car son cerveau n’en a aps encore les capacités. C’est un enfant qui a appris à ne plus ressentir les émotions qui gênent pour mieux plaire a ses parents. Un enfant qui ne ferait pas de bêtises, pas de « caprices ». Un enfant qui obéit sans poser de questions car il a compris que la colère n’est pas une émotion convenable en société.

Dit comme ça, on pourrait se dire qu’en tant que parents, c’est un avantage. Pas de caprice. Pas de honte pour les parents. Pas de crises. Pas de pleurs. Pas d’énervement. Une petite vie pépère qui continue comme elle avait commencé avant les enfants.

Réprimer ses émotions, qu’est-ce que ça nous apporte?

Nous, en tant qu’adulte, qu’est-ce que ça nous apporte ? Quelque chose nous met en colère, on le garde pour nous. On n’explose pas. On ne crie pas. On ne s’énerve pas. On enfouit la colère en nous mais on a pas le droit de l’exprimer.

Qu’est-ce qu’on veut apprendre à nos enfants? A ne pas ressentir, à bannir certaines émotions comme la colère? Pourquoi avoir le droit d’exprimer la joie et diaboliser la colère? Oui, c’est gênant, la colère. C’est gênant à la maison. C’est gênant au supermarché. La colère, ça ne s’exprime pas sans se faire remarquer. Ça ne s’exprime pas en quelques secondes, et c’est fini.

Alors, votre enfant se met en colère, pique une crise à la maison ou dans un espace public ou fait une bêtise ? Je ne dis pas qu’il faut laisser passer. Mais il faut écouter sa colère et chercher son origine. La colère, les émotions doivent être exprimées. Et non refoulées. Alors, pas de honte. Fichez vous du regard extérieur. Vous, vous savez ce que vous faites et pourquoi vous le faites.

Avoir un enfant sage comme une image n’est pas votre objectif. Votre objectif est d’apprendre à votre enfant à ressentir, et à exprimer ses émotions et ensuite, de l’aider à surmonter. Car c’est normal. Car il n’y a pas de honte à ressentir.

Car, oui, c’est vrai les enfants sont submergées par leurs émotions, et qu’ils ont besoin d’aide pour les comprendre. Comprendre c’est un pas vers la maîtrise de soi. Réprimer, interdire l’émotion en la grondant, en ne l’écoutant pas, en l’envoyant dans sa chambre pour ne pas la voir, c’est dire à l’enfant que son émotion n’a pas d’importance, ou qu’elle dérange. Il apprendra alors à ne plus ressentir pour vous convenir.

Le cerveau de l’adulte, étant mature, est capable de gérer seul l’émotion. Mais l’enfant, a un cerveau en cours de construction qui n’est pas encore capable de secondariser l’émotion, de la comprendre et de la mettre en mot.

A toi, la maman qui a honte de voir ton enfant se mettre en colère, n’aie plus honte. Sois heureuse que ton enfant te fasse encore assez confiance pour oser t’exprimer ses émotions. Je ne dis qu’il faut tout laisser faire. A toi de ne pas minimiser ses sentiments. A toi de l’aider à traverser cette tempête. A toi de décoder son message. Apprends-lui que c’est normal de ressentir. Apprends lui que, derrière l’immensité des vagues, tu es là pour le guider.

Inspiration: Au coeur des émotions de l’enfant, Isabelle Filiozat.