diversification alimentaire
Diversification alimentaire, QUOTIDIEN

GAG, fausse route, étouffement: les bons reflexes

Cet article est informatif et basé sur le travail de nutritionnistes. Toutefois, il est fortement conseillé de se former aux premiers secours.

Je vous ai déjà parlé du réflexe GAG? Oui. Mais je ne vous ai pas parlé du reste et surtout des bonnes réactions à avoir selon la situation. Je vous explique les différences entre réflexe GAG, fausse route, étouffement et les réactions préconisées.

Comme tous les parents, j’ai peur de l’étouffement. J’ai peur que mon fils avale de travers et qu’il s’étouffe. J’ai peur de ne pas savoir quoi faire. J’ai peur de qu’il pourrait se passer.

J’ai lu. J’ai cherché des réponses. Je me suis renseignée. J’ai demandé à mon médecin. Évidement, savoir ce qu’il faut faire et le faire sont deux choses différentes. Évidemment, le savoir n’ôte pas toutes mes craintes. Évidemment, il y aura toujours une petite crainte.

Mais il faut savoir car ça me rassure et surtout, en cas de problème, ce sera primordial d’avoir ces connaissances.

Lire, c’est bien. Mais suivre une formation de premier secours, c’est mieux. Ce qui est encore mieux, c’est de pratiquer les gestes avec un poupée, une peluche de temps en temps pour s’assurer qu’on se souvient toujours après la formation.

Le réflexe GAG, rappel:

  • C’est un réflexe vomitif;
  • Symptômes: toux, hauts le coeur, vomissements parfois;
  • Il s’active dès que bébé met un aliment vers l’entrée de la bouche; Les aliments de grosse taille sont repoussés vers l’avant afin d’être à nouveau mâchés.

La fausse route:

  • Obstruction partielle des voies respiratoires. L’aliment est rapidement renvoyé dans les voies digestives;
  • Elle se produit quand un aliment arrive vers l’entrée des voies respiratoires;
  • Bébé a des réflexes naturels pour repousser l’aliment: il tousse ou éternue;
  • Les réflexes naturels sont plus efficaces qu’une manoeuvre faite pas un tiers.

L’étouffement:

  • Obstruction complète des voies respiratoires provoquant l’asphyxie;
  • Symptômes: toux faible et inefficace, sons aigus, puis incapacité à produire des sons, à pleurer, peau bleutée, difficultés à respirer, côtes tirées vers l’extérieur, perte de conscience si le blocage n’est pas dégagé.

Quels réflexes avoir dans ces trois situations?

En cas de réflexe GAG:

  • Surtout ne pas paniquer. Ça pourrait aggraver la situation alors que bébé peut et doit gérer seul;
  • Laisser le bébé gérer seul. Votre intervention pourrait l’empêcher d’utiliser son réflexe correctement et entraîner une obstruction partielle ou complète des voies respiratoires;
  • Être attentif, surveiller le bébé.

En cas de fausse route:

  • Laisser le nourrisson dans sa chaise haute. La position assise va l’aider à recracher le morceau, surtout s’il peut se pencher en avant;
  • Tant que le bébé émet des sons, le laisser gérer;
  • Montrer au bébé comment tousser, l’encourager;
  • Rester calme;
  • Être prêt à intervenir si nécessaire.

En cas d’étouffement:

  • Pratiquer les manoeuvres adaptées à l’âge du nourrisson pour déloger l’aliment;
  • La manoeuvre de Heimlich ne se pratique qu’à partir de 1 an.

Les manoeuvres pour bébé de moins de 1 an:

On trouve plusieurs vidéos expliquant les bons gestes. Elles ne remplacent pas une formation aux premiers secours.

En voici une: Les gestes en cas d’étouffement

La manoeuvre de Heimlich pour bébé de plus de 1 an:

Manoeuvre pour enfant

Formation premier secours: La croix Rouge

Sources de l’article: Petites mains, grandes assiettes, la diversification alimentaire menée par l’enfant, Annie Talbot, Evelyne Bergevin, Marie-Ève Richard, toutes 3 diététistes et nutritionnistes.

Diversification alimentaire, QUOTIDIEN

DME or no DME?

L’autre jour, j’ai questionné une amie qui a pratiqué la DME avec son fils. Elle m’a donné quelques tuyaus et quelques lectures à faire pour me renseigner. En attendant de m’y atteler, voilà où j’en suis dans mon questionnement.

Léo a bientôt 5 mois. Il a l’habitude de nous regarder cuisiner, de sentir les aliments, de nous regarder manger. Il adore nous regarder manger en particuliers. Il suit l’aliment du regard. On dirait même parfois qu’il « se lèche les babines ». Mais, j’aimerais suivre les recommandations de l’OMS qui conseille de commencer la diversification à 6 mois.

Aussi, je me questionne encore beaucoup sur comment on va faire découvrir les aliments, autres que le lait à Léo. Si, bien sûr, dans mon entourage familial, tout le monde nous conseille les traditionnels petits pots car c’est ce qu’ils ont connu. C’est aussi ce que j’ai connu aussi, étant bébé. Et oui, je n’en suis pas morte. Il y a quand même de bonnes raisons de se laisser tenter par la DME.

La DME, quesaco?

Diversification alimentaire menée par l’enfant. Le principe est que c’est bébé qui mange tout seul. On ne lui enfourne pas une cuillère dans le bec. Finalement, c’est un peu la continuité de l’allaitement dans un sens en tout cas. Comme pour l’allaitement au sein, c’est bébé qui contrôle ce qu’il met dans sa bouche.

La DME doit être commencée entre 6 et 8 mois, quand bébé est capable de se tenir assis seul, pas avant.

Pourquoi la DME est intéressante?

  • Bébé découvre les aliments sans pression, sans forçage. C’est lui qui contrôle. La DME permettrait d’éviter les blocages alimentaires chez l’enfant.

  • On peut tous manger en même temps que bébé.

  • Bébé développe mieux sa motricité fine. Bah oui, il est au boulot en même temps qu’il mange lui.

  • Pas de préparation particulière à faire pour bébé.

Si comme moi, vous vous intéressez à la DME, parlez-en à votre médecin et investissez dans quelques livres pour vous renseigner vraiment. Je ne mets là que quelques principes de base.

Les principes de la DME

  • Pour commencer la DME, bébé doit se tenir assis, ne pas pencher en avant.

  • Les aliments sont mis à disposition de l’enfant. On lui laisse le temps de découvrir.

  • C’est un moment de plaisir. L’alimentation est donc directement liée au plaisir de manger. Pas d’obligation de finir.

  • Les morceaux proposés font la taille du poing de bébé. Il doit pouvoir facilement les tenir.

  • La DME se pratique avec papa et maman. Plus tard, quand le bébé est beaucoup plus grand, elle peut se pratiquer avec papy et mamie.

  • La DME est en complément du lait qui reste l’essentiel de l’alimentation de bébé jusqu’à 1 an.

Voilà où j’en suis. Je vais maintenant m’atteler à différentes lectures sur la DME avant de faire mon choix. Je connais les grands principes et les bienfaits de la DME mais je vous avoue que j’ai une certaine appréhension à la pratiquer. J’ai peur de la fausse route. Même si je choisis de pratiquer la DME, je ne serai ni la première ni la dernière à la faire et pour qui ça se passe bien.