GROSSESSE, Post-partum

Se reconnecter avec son corps

Il est l’heure, petite maman, de te reconnecter avec ton corps. Oui, ton corps. Celui que tu regardes dans le miroir mais que tu ne reconnais plus. Celui qui a porté et donné la vie.

Il est l’heure des retrouvailles. Il est l’heure d’accepter les changements. Il est l’heure de s’aimer à nouveau à travers ce corps, qui te paraît peut-être étranger, mais qui est pourtant bien à toi. C’est ton corps. C’est toi.

Tu le trouves peut-être différent et moins gracieux. Et pourtant, il a fait un travail extraordinaire. Il t’a apporté joie et bonheur, je l’espère.

Il est temps de lui vouer ta reconnaissance. Il est temps d’être indulgente. Il est temps de lâcher prise. Il n’est pas comme tu aimerais? Et alors! Il a fallu 9 mois pour changer . Laisse-toi le temps. Il en faudra peut-être 9 autres pour revenir à quelque chose que tu apprécieras. Peut-être plus. Peut-être moins. Peut-être qu’il ne sera plus jamais comme avant.

Quand tu l’auras accepter, tu pourras à nouveau l’apprécier comme tu es. Ne le déteste pas. C’est un cadeau qu’il t’a fait. Ça t’a pris du temps. Ça t’en prendra peut-être encore pour passer le cap. Pour accepter. Il a changé. Il change encore. Il changera encore.

Si tu as besoin d’un coup de pouce pour te reconnecter avec ton corps, le retrouver ce vieil ami, c’est normal. Tu peux, quand tu seras prête, reprendre le sport en douceur. Retrouver les sensations de ton corps. Tu peux pratiquer le massage pour bien sentir chaque partie de toi. Pour apprécier à nouveau chaque millimètre de ta peau. Tu peux aller le faire transpirer dans un hamam ou un sauna pour te reconnecter avec toi-même. Tu peux tout doucement, tranquillement mais sûrement reconstruire ce lien en pratiquant du yoga régulièrement. Ou reprendre une autre activité qui te plait, en douceur.

Laisse-toi le temps. Ces retrouvailles prennent du temps.

Humeurs de parents, VIE DE PARENTS

La femme de 30 ans

La femme de 30 ans est une femme parmi tant d’autres. À 30 ans pourtant, elle a déjà accompli beaucoup de choses.

Elle a traversé l’enfance avec ses intempéries, ses aléas, ses injustices, ses joies, ses peines, tout un florilège d’émotions envahissantes. Elle a eu des premiers amis ou amies. Elle a grandi avec. Puis, elle les a perdu de vue. Mais elle a continué à grandir et à apprendre à vivre malgré les difficultés de la vie d’un enfant. Oui elle a eu la chance de connaître des moments d’insouciance! Je l’espère pour elle. Mais elle a sans doute pressenti et goûté aux premiers nuages noirs qui guettent sa future vie.

Elle a traversé l’adolescence où tout est remise en question, doute, regards, changements. Elle s’est vue petit à petit, au fil des ans, quitter le nid de l’enfance, et a commencé tant bien que mal à faire sa place. Faire sa place sans trop savoir encore laquelle. En imitant souvent, trop souvent les autres ados l’entourant pour se fondre dans le moule de la société. Pour ne pas se faire trop remarquer. Elle a vu son corps et son esprit changer. Elle s’est vue devenir une femme, sans trop savoir laquelle elle serait. Pourra-t-elle choisir? Rien n’est vraiment sûr.

La femme de 30 ans a vu défiler la vingtaine. La vingtaine et son lot de découvertes, de libertés, d’erreurs et d’indépendance encore toute relative. Elle s’est vue façonner la femme qu’elle est aujourd’hui. Elle s’est vue expérimenter, partager, rencontrer. Elle a peut-être fait des études ou est entrée dans le monde du travail. Peut-être est-elle déjà devenue maman. Ou peut-être qu’au contraire, elle a clamé haut et fort ses idées dont celle de ne pas fonder de famille. Elle a dû certainement commencer à s’affirmer durant cette décennie.

La femme a désormais 30 ans. Si 30 semble jeune, c’est déjà l’âge où on regarde son parcours, on réfléchit. C’est l’âge où, la plupart du temps, notre avenir est déjà bien dessiné. Même si les contours restent flous, on aperçoit déjà une carrière, parfois un avenir familial.

Si tout va bien, la femme de trente ans est plus heureuse en amour que celle de Balzac. Elle a choisi, car à notre époque, contrairement à celle de l’auteur, nous pouvons choisir l’amour et fonder notre vie avec.

Si tout va bien, elle a la santé. Peut-être a-t’elle des enfants. Peut-être s’inquiète-t’elle de sa situation amoureuse, familiale ou professionnelle. Aujourd’hui, heureusement, tout ne se joue pas avant 30 ans. Mais une femme peut ressentir une pression.

Alors si vous êtes cette femme, regardez ce que vous avez accompli et non pas ce qu’il vous reste à accomplir.