QUOTIDIEN, Soins

Quelles couches pour bébé?

Pourquoi se poser cette question? Car mon bébé est ce qu’il y a de plus précieux et que je ne fais pas confiance en l’industrie qui nous a, plus d’une fois, bien bernés et notamment sur les couches jetables pour bébé. J’écris cet article pour apporter des éléments de réponse à une question que l’on s’est toutes posées et que je me suis, en tout cas, longtemps posée . Quelles couches choisir pour bébé?

Moi-même je n’ai trouvé une réponse satisfaisante qu’il y a quelques semaines seulement alors que mon bébé est né depuis un peu plus de 4 mois. Et encore, quand je dis satisfaisante, je ne pense pas parfaite. D’ailleurs, j’ai commencé à m’intéresser à la questions des couches dès ma grossesse. Je n’avais pas entendu parler du scandale qui était paru quelques années plus tôt sur les couches pour bébé mais j’avais suivi celui sur les serviettes hygiéniques pour femme. Ca a suffi pour que je me pose la question sur les couches et que je tombe sur tout un tas de renseignements.

Des résidus toxiques dans les couches

En 2017, est sortie une étude sur les couches jetables et leurs composants qui a révélé la présence, et non des moindres, de résidus toxiques dans les couches pour bébé. Quel genre de substance a été trouvé? Oh, juste des traces de glyphosates et d’autres joyeusetés, appelés des pesticides! Comme pour les serviettes hygiéniques et les tampons pour femme, pas de coton dans les couches, que du plastique. Ce n’est plus vraiment une grande surprise mais, quand même, ces petits bouts de choux, empoisonnés dès leurs premiers jours… Bref, j’ai donc eu de bonnes raisons de m’attaquer à la problématique très tôt!

J’ai pensé aux couches lavables mais honnêtement, je ne me sens pas l’énergie de gérer ça en plus. J’ai peur que ça fasse beaucoup de lavage et qu’au final, ce ne soit pas écolo du tout. Bon, par contre, les couches lavables ont l’avantage de ne pas contenir que de composants chimiques douteux. Et je me dis que je peux garder l’idée en tête pour quand Léo n’en mettra plus que pour dormir. Je ne sais pas encore ce que je ferai réellement mais ça peut être gérable s’il en met moins souvent.

BREF! Dans mes recherches pour une couche jetable, je me suis intéressée à trois critères: les composants de la couche, le prix et l‘accessibilité du produit.

Les composants de la couche sont le premier motif de ma recherche. On sait qu’il n’y a pas si longtemps encore, ils n’étaient pas clean du tout.

Le prix. On trouve des couches, surtout sur le net, qui vantent justement la composition saine, en tout cas normée, de leurs couches mais qui coûtent souvent plus chères que celles du commerce.

Pour l’accessibilité, pas de problèmes. On trouve des couches dans le commerce et ça ne nous pose pas de problèmes de commander sur le net. On peut se faire livrer directement chez soi par les marques les plus populaires du web: JOONE, LITTLE BIG CHANGE… Il est même possible de prendre un abonnement.

Pour faire notre choix, nous avons consulté la dernière enquête parue sur le site du ministère. Vous y trouverez notamment un tableau récapitulatif qui, par un codage en couleur, vous montre si il y a présence de composants chimiques dangereux dans différents modèles de couches: enquête

5 marques à éviter

Si ça vous intéresse, je vous résume les conclusions de cette enquête ici. Si la plupart des marques de couches ont fait de gros efforts sur la composition de leurs couches, il reste 5 marques à éviter car elles contiennent un taux de 25% à 50 % de substances indésirables.

3 marques contiennent du formaldéhyde: PAMPERS PREMIUM PROTECTION, MARMAILLES PLUS, MOINA ZAZA.

2 marquent contiennent du HAP: CARYBOO et LOVE & GREEN.

Pour ce qui est du prix et de l’accessibilité, c’est un choix qui vous appartient. A vous de choisir ce qui vous convient. On trouve de tout et on trouve des fonctionnements différents.