Diversification alimentaire, QUOTIDIEN

Le réflexe GAG

Si il y a une peur que tous les parents ont c’est l’étouffement. Que ce soit dans au lit ou au moment d’un repas, on a tous cette crainte. Pour surmonter ses peurs, il faut se renseigner. Le savoir est la meilleure arme contre les peurs. Je vais vous parler du moment du repas dans cet article. Ça vous rassurera peut-être.

Le réflexe GAG, qu’est-ce que c’est?

Il est aussi appelé réflexe nauséeux ou vomitif. C’est un réflexe qui sert à se protéger et que bébé a vers 6 mois. Concrètement, l’organisme de bébé est bien fait. Son organisme utilise le réflexe de rejet des aliments ou objets qui seraient trop gros. Quand quelque chose de trop gros entre trop profondément dans la gorge, les muscles du pharynx et du palais mou se contractent pour repousser l’objet vers l’avant de la bouche afin d’être mieux mastiqué. La langue aide aussi à repousser l’objet ou l’aliment.

La zone de la langue qui active ce réflexe est différente selon l’âge. Chez un bébé de 6 mois, il s’active vers les deux tiers de la langue. La limite se décale au fur et à mesure. Pour l’adulte, le réflexe ne s’active que dans la gorge.

Bref, ce super réflexe que nous avons adulte, bébé l’a aussi à partir de 6 mois. Donc s’il tente d’avaler un objet ou un morceau trop gros, son corps va le rejetter.

Une vidéo vaut parfois mieux que des mots. Voici à quoi ressemble le réflexe GAG: https://youtu.be/ys-xmq55z6Q

Ce réflexe protecteur est différent de la fausse route ou de l’étouffement. Il semblerait que dès que bébé active ce réflexe, il apprend à maîtriser la taille et la quantité des aliments qu’il est capable d’ingérer.

Sources: Le grand livre de la DME, du docteur en biologie Christine Zalejski

Son site: Cubes et petits pois

Diversification alimentaire, QUOTIDIEN

DME or no DME?

L’autre jour, j’ai questionné une amie qui a pratiqué la DME avec son fils. Elle m’a donné quelques tuyaus et quelques lectures à faire pour me renseigner. En attendant de m’y atteler, voilà où j’en suis dans mon questionnement.

Léo a bientôt 5 mois. Il a l’habitude de nous regarder cuisiner, de sentir les aliments, de nous regarder manger. Il adore nous regarder manger en particuliers. Il suit l’aliment du regard. On dirait même parfois qu’il « se lèche les babines ». Mais, j’aimerais suivre les recommandations de l’OMS qui conseille de commencer la diversification à 6 mois.

Aussi, je me questionne encore beaucoup sur comment on va faire découvrir les aliments, autres que le lait à Léo. Si, bien sûr, dans mon entourage familial, tout le monde nous conseille les traditionnels petits pots car c’est ce qu’ils ont connu. C’est aussi ce que j’ai connu aussi, étant bébé. Et oui, je n’en suis pas morte. Il y a quand même de bonnes raisons de se laisser tenter par la DME.

La DME, quesaco?

Diversification alimentaire menée par l’enfant. Le principe est que c’est bébé qui mange tout seul. On ne lui enfourne pas une cuillère dans le bec. Finalement, c’est un peu la continuité de l’allaitement dans un sens en tout cas. Comme pour l’allaitement au sein, c’est bébé qui contrôle ce qu’il met dans sa bouche.

La DME doit être commencée entre 6 et 8 mois, quand bébé est capable de se tenir assis seul, pas avant.

Pourquoi la DME est intéressante?

  • Bébé découvre les aliments sans pression, sans forçage. C’est lui qui contrôle. La DME permettrait d’éviter les blocages alimentaires chez l’enfant.

  • On peut tous manger en même temps que bébé.

  • Bébé développe mieux sa motricité fine. Bah oui, il est au boulot en même temps qu’il mange lui.

  • Pas de préparation particulière à faire pour bébé.

Si comme moi, vous vous intéressez à la DME, parlez-en à votre médecin et investissez dans quelques livres pour vous renseigner vraiment. Je ne mets là que quelques principes de base.

Les principes de la DME

  • Pour commencer la DME, bébé doit se tenir assis, ne pas pencher en avant.

  • Les aliments sont mis à disposition de l’enfant. On lui laisse le temps de découvrir.

  • C’est un moment de plaisir. L’alimentation est donc directement liée au plaisir de manger. Pas d’obligation de finir.

  • Les morceaux proposés font la taille du poing de bébé. Il doit pouvoir facilement les tenir.

  • La DME se pratique avec papa et maman. Plus tard, quand le bébé est beaucoup plus grand, elle peut se pratiquer avec papy et mamie.

  • La DME est en complément du lait qui reste l’essentiel de l’alimentation de bébé jusqu’à 1 an.

Voilà où j’en suis. Je vais maintenant m’atteler à différentes lectures sur la DME avant de faire mon choix. Je connais les grands principes et les bienfaits de la DME mais je vous avoue que j’ai une certaine appréhension à la pratiquer. J’ai peur de la fausse route. Même si je choisis de pratiquer la DME, je ne serai ni la première ni la dernière à la faire et pour qui ça se passe bien.

Enceinte, GROSSESSE

La mamanfiere gère le diabète gestationnel!

Oui, alors dit comme ça, on dirait vraiment que ça a été facile! Non, pas du tout. J’adore le sucre! Je vous raconte tout et je vous résume en petits points les astuces ensuite.

Comme je vous le racontais, j’ai découvert que je faisais du diabète à la fin de mon dernier trimestre de grossesse. Bébé semblait au dessus des normes niveau poids et j’avais beaucoup de liquide amniotique. Bref, le gynéco me prescrit une petite vérification. Je fais du diabète gestationnel.

Mais bon, je ne vais pas me plaindre je n’ai fait du diabète que sur 2 mois environ. OK.

Après le coup de fil à l’hôpital et mes 2 rendez-vous (nutritionniste et endocrinologue), je commence donc mon adaptation alimentaire qui de prime abord, ne semble pas si drastique que ça et pas si différent de mes habitudes.

Je commence par changer mon petit-déjeuner. Alors, d’abord je me pique une fois avant le repas et je note ma glycémie à jeûn dans mon petit carnet. Je prends 2 morceaux fins de pain complet et un peu de fromage, genre kiri. Dommage que mes envies de kiri n’aient duré qu’un seul trimestre! Je m’autorise un fruit le matin. Je prends l’habitude de ne pas déjeuner trop tard, 8h au plus tard.

Si la faim se fait sentir vers 10h, je reprends un morceau de pain complet avec du fromage ou du houmous.

A midi, j’ai faim. Vraiment faim. Je sens qu’il faut que je mange et que je ne peux pas trop retarder l’heure du repas, comme j’ai déjà tenté de le faire pour découvrir que je faisais de l’hypoglycémie. A midi, je commence de préférence par des légumes crus en salade. J’ai remarqué que ça m’aidait vraiment beaucoup à réguler ma glycémie. Puis, je ne lésine pas sur les légumes cuits qui occupent au moins le tiers de mon assiette. Je ne me retiens pas de manger des protéines et je mange un tiers environ, de féculents. J’ai fait des courses dans un magasin bio. On y trouve beaucoup de féculents entiers et ça aussi, c’est un vrai plus pour gérer sa glycémie. Je mange un dessert car j’en meurs d’envie! Je choisis un yaourt nature avec un fruit découpé à l’intérieur pour varier les plaisirs ou un yaourt nature avec un morceau de chocolat.

A 16h. J’ai faim. Autant le matin, ça allait mais l’après-midi me semblait interminable. J’ai faim et je mange 2 tartines de pain complet avec du fromage ou un yaourt nature et des amandes. Une poignée. Et honnêtement, j’avais parfois encore un peu faim après ça mais c’était ce qui m’était conseillé et j’essayais de m’y tenir.

19h. il est grand temps de manger pour mon estomac! Je mange à peu près le même repas qu’à midi. Et quel bonheur de manger un yaourt, un fruit ou un chocolat!

Bref, j’ai eu des difficultés à me restreindre sur les sucres rapides. Même si on finit par s’y accoutumer un peu. Sans doute, la dépendance au sucre qui s’atténue. J’ai été ravie de pouvoir à nouveau manger un dessert sans me culpabiliser, après avoir accouchée.

Voilà ce qui m’a aidé pour gérer le diabète gestationnel. Attention toutefois, je ne suis pas médecin. Je vous parle de mon expérience personnelle. A vous d’essayer et de voir ce qui vous convient et surtout, de voir avec votre médecin.

  • manger salé quand j’avais faim et attention aux sucres cachés;
  • privilégier des aliments complets (farine, pâtes, couscous, riz, épeautre…) Les acheter en magasin bio car c’est du bio, et il y a plus de choix;
  • varier les féculents pour ne pas se lasser;
  • manger beaucoup, beaucoup de légumes! Vraiment beaucoup;
  • manger des protéines 2 fois par jour;
  • manger d’abord des légumes crus, puis légumes cuits et protéines. Les féculents en dernier;
  • réduire les sucres rapides;
  • m’autoriser des sucres rapides après un repas complet, avec beaucoup de légumes.