Humeurs de parents, VIE DE PARENTS

Le prochain qui me dit que c’est une fille

Le prochain qui me dit que c’est une fille est un article qui se veut humoristique. Mon fils a bientôt 7 mois. Il arrive que des inconnus le prennent pour une fille. Et en réalité, ça ne m’énerve pas. Je m’en fiche. Je leur dis que c’est un garçon. Et puis voilà.

Parfois, on me dit qu’il a les traits fins et que c’est pour cette raison, qu’ils pensaient à une fille.

Allez, ouvrez les starting blocks. Un peu d’humour.


Le prochain qui me dit que c’est une fille, je lui jette mon regard de la mort qui tue. Celui qui veut dire, fais bien gaffe à ce que tu vas dire, ou sinon…. OU SINON!! Ou sinon… Je ne sais pas. Mais recommence pas et rectifie le coup tout de suite.

Le prochain qui me dit que c’est une fille, je lui réponds sèchement: « Non, c’est un garçon! » Et il comprend tout de suite qu’il a fait une grosse grossière erreur. Il balbutie quelque chose pour essayer de se rattraper. Mais ça fait toujours un flop en réalité.

Le prochain qui me dit que c’est une fille, je lui assène un coup de bouteille de lait derrière la nuque. Il s’évanouit et on en parle plus. Oui, car c’est souvent au supermarché que ça arrive.

Le prochain qui me dit que c’est une fille, je lui sors une pancarte: JE SUIS UN GARÇON. Je la mets dans plusieurs langues, on ne sait jamais.

Le prochain qui me dit que c’est une fille, je ris et lui reponds: « Merci pour la blague, on me l’avait jamais faite! »

Le prochain qui me dit que c’est une fille, je m’enfuis sans répondre. Point bonus si bébé est en poussette. Je peux aller plus vite.

Le prochain qui me dit que c’est une fille, je lui fais peur par une phrase du genre: »On avait peur que ce soit un peu tôt pour le changement de sexe, mais vous infirmer nos doutes. On va prendre rendez-vous avec le chirurgien. »

Le prochain qui me dit que c’est un fille, je lui demande: « Parce que les vêtements bleus, ce n’était pas suffisant comme signes? »

Le prochain qui me dit que c’est une fille, je lui fais encore plus peur: « Zut! On a pas pris le bon, chéri! Faut qu’on retourne à la crèche! »

Le prochain qui me dit que c’est une fille, je lui demande franchement comment il a deviné. Puis je lui dis… que c’est un garçon.

Le prochain qui me dit que c’est une fille, je félicite son audace: « C’est un garçon mais bien essayé! »

Enceinte, GROSSESSE

Sexe de bébé: pourquoi garder la surprise

  • Il parait que ça ne rend le jour de l’accouchement que plus beau. Je n’ai pas de moyen de comparaison car je n’ai accouché qu’une fois et j’ai découvert le sexe de mon bébé ce jour-là. En tout cas, c’était que du bonheur.

  • Ca évite les mauvaises surprises. Eh oui, car quand vous venez d’accoucher, tout ce qui compte c’est que votre bébé et vous-même soyez en bonne santé. Le sexe du bébé n’a plus tellement d’importance. Si tout le monde va bien, vous êtes émerveillées.

  • Ca évite de recevoir des cadeaux trop genrés. Dès votre grossesse, vous pourrez inciter tout le monde à privilégier des choix, notamment de couleurs neutres. Bien-sûr, cet argument ne vaut que si, comme moi, vous n’appréciez pas trop les vêtements et les jouets genrés. Si vous adorez le rose, par exemple, bon, je ne suis pas sûre que cet argument vous convienne. Personnellement, j’espère que tout le monde continuera à veiller à ne pas trop choisir des cadeaux trop marqués par un genre.

  • Ca nous évite à nous aussi, parents, de choisir des couleurs trop genrées pour la chambre notamment. Bon, peut-être que même en connaissant le sexe, on aurait fait les mêmes choix de couleurs… Je ne sais pas. On a choisi du vert, ma couleur préférée.

  • Vous pouvez en jouer avec vos proches. Pourquoi pas faire une gender reveal party? J’ai une amie qui souhaite en faire une. Bon, pour elle c’est légèrement différent car ils connaissent le sexe mais ont décidé de le garder secret pour les autres. Mais vous pouvez mettre un ami dans la confidence, qui s’occupera d’organiser la petite fête. Par contre, vous n’aurez pas la surprise après avoir accouché alors à vous de peser les pour et les contre…

  • Vous êtes obligés de choisir des prénoms pour les deux sexes. Pourquoi est-ce un avantage? C’est un avantage si vous souhaitez avoir un autre enfant. Vous mettrez sans doute moins de temps pour choisir la prochaine fois. Enfin, sauf si vous changez d’avis…

  • Ca évite d’entendre des clichés variés du style: « Ce sera un petit footeux/costaud; « Ce sera une petite princesse »; « Tu verras, les garçons, ça bouge beaucoup! »; « Encore une fille! »; « Ce sera une piplette comme sa maman. »; « Il fera de la moto comme son papa » etc. Même si ce sont des petits commentaires tout mignons, certes, on ne sait pas comment sera votre bébé. Souvent, on a des attentes différentes selon le sexe d’un bébé mais peut-être que mon garçon aimera jouer au papa et à la maman. Bref, rien de bien méchant en soi mais au moins, vous ne vous ferez pas une image prédéterminée.

  • Parce qu’au fond, garçon ou fille… Ce n’est pas ce qui compte!

Vie de famille, VIE DE PARENTS

Le sexe quand on est parents

On ne va pas se mentir, c’est parfois un peu sport de trouver le bon moment…

20h01 Bébé est couché, c’est le moment ou jamais.

20h12

Bébé dort. On se dirige dans la chambre. Alex enlève son t-shirt. Je déboutonne mon jean et essaie tant bien que mal de libérer ma jambe gauche. Quelle idée de mettre un slim! Je manque de tomber la tête la première sur le lit.

20h14

J’ai réussi à enlever mon jean. Alex attend patiemment sur le lit. J’enlève le haut.

20h14 et quelques secondes

Bébé pleure.

20h17

Bébé est à nouveau endormi. Je suis finalement prête à passer à l’action. Je me mets en position à califourchon sur Alex. Enfin, j’essaie. Mon genou atterrit sur son entre-jambe. Il gémit. Pas de plaisir.

20h19

Je repars à la charge. Littéralement. Nos têtes s’entrechoquent.

20h20

Bébé recommence à pleurer. Cette fois, c’est moi qui y vais.

20h27

On tente une position plus classique et plus simple. Bébé pleure à nouveau. C’est Alex qui s’y colle.

20h35

Alex déboule dans la chambre prêt à passer à l’action, un peu trop vite. Il m’écrase le sein. Je gémis. Pas de plaisir.

20h36

Bébé pleure encore… C’est mon tour.

20h49

On repasse à l’action. On tente les préliminaires?

20h50

GAME OVER. Bébé pleure à nouveau.